États-Unis: Après une «fish pédicure», une femme perd six de ses ongles de pied

INFECTION Ses ongles sont tombés six mois après ce soin, au cours duquel des « poissons docteurs » avaient grignoté ses peaux mortes…

20 Minutes avec agence

— 

A girl places her feet in a fish tank containing Garra Rufa fish, also known as doctor fish, during a fish pedicure treatment at a salon in St. Julians, Malta, Saturday, Nov. 28, 2015. (AP Photo/Alessandra Tarantino)/ALT130/851987669094/1511281940
A girl places her feet in a fish tank containing Garra Rufa fish, also known as doctor fish, during a fish pedicure treatment at a salon in St. Julians, Malta, Saturday, Nov. 28, 2015. (AP Photo/Alessandra Tarantino)/ALT130/851987669094/1511281940 — Alessandra Tarantino/AP/SIPA

Une jeune Américaine a perdu six de ses ongles de pieds six mois après avoir réalisé une fish pédicure. Le cas exceptionnel de cette patiente est décrit dans une étude, parue ce mardi dans le JAMA Dermatology.

La fish pédicure est un soin au cours duquel une multitude de petits poissons débarrassent les pieds de leurs peaux mortes en les mangeant. Les chercheurs ont établi un lien probable entre le recours à ces « poissons docteurs » (Garra rufa) et la pathologie de la jeune fille, appelée onychomadèse.

Une pratique déconseillée par les professionnels de santé

Shari Lipner, directrice du département des ongles dans un hôpital de New York ( États-Unis) et coauteure de l’étude, a elle-même traité la jeune femme. « Bien que le mécanisme exact soit inconnu, il est probable que le traumatisme direct causé par le poisson qui mord plusieurs fois le plat de l’ongle entraîne sa chute », a-t-elle expliqué après avoir écarté toutes les autres sources possibles d'infection.

« Je serais surprise de trouver un seul dermatologue qui recommande une pédicure avec des Garra rufa », a-t-elle ajouté. En 2013, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) faisait état de cas d’infections bactériennes transmises par les établissements proposant des « fish pédicures », qui échappaient par ailleurs aux réglementations sanitaires.

L’organisme alertait sur les dangers pour les populations à risque comme les immunodéprimés, les diabétiques ou les personnes présentant des lésions aux pieds.

>> A lire aussi : Russie: Une larve se promenait sous la peau de son visage depuis deux semaines

>> A lire aussi : Caen: Elle passe douze ans avec un cathéter dans la colonne vertébrale, le CHU condamné