Etats-Unis: Une femme escalade la statue de la Liberté pour protester contre la politique migratoire de Trump

SYMBOLE L’unité du service d’urgence du NYPD a utilisé une échelle pour rattraper la grimpeuse…

Naomi Mackako

— 

La statue de la liberté de New York aux Etats-Unis. Illustration.
La statue de la liberté de New York aux Etats-Unis. Illustration. — NEGROTTO VIVIANE/SIPA

Une femme a escaladé la statue de la Liberté pour protester contre la politique migratoire du président Donald Trump et a refusé d’en descendre pendant au moins trois heures, rapporte CBS New York.

Le jour de la fête nationale des Etats-Unis, le 4 juillet, une femme a grimpé sur l’un des monuments les plus célèbres au monde. Thérèse Okoumou, la grimpeuse qui a déclaré le faire en signe de protestation contre la politique migratoire du président Donald Trump, s’est élevée à plus de 100 mètres du sol. Elle a été repérée par des témoins aux alentours de 15 heures. Les agents du NYPD et des hélicoptères l’ont encerclée afin de la faire descendre en toute sécurité.

« Au début, elle a menacé de pousser l’échelle »

Les touristes témoins de la scène ont été évacués de l’île Liberty par des bateaux d’excursion. Deux agents de l’unité des services d’urgence ont grimpé à l’aide d’une échelle jusqu’au pied de la statue pour tenter de raisonner la femme. « C’était difficile, a déclaré Brian Glacken, un policier. Il n’y avait rien à quoi nous tenir. » Et d’ajouter : « Au début, elle a menacé de pousser l’échelle ».

Finalement, vers 18h30, les policiers l’ont attrapée et ont réussi à mettre un périmètre de sécurité pour l’emmener et la menotter, explique la chaîne américaine.

Un acte isolé

Thérèse Okoumou s’était rendue sur le site historique où sept autres manifestants ont été arrêtés quelques heures plus tôt en possession d’une banderole disant : « Abolir ICE [la police d’immigration américaine] », rapporte TMZ.

Il s’agissait de membres de Rise and Resist NYC, « un groupe d’action directe engagé à s’opposer, perturber et vaincre tout acte du gouvernement qui menace la démocratie, l’égalité et la liberté », décrit leur site. Cependant, le collectif a déclaré sur les réseaux sociaux qu’il n’était pas relié à l’acte de Thérèse Okoumou, il semblerait qu’elle ait agi seule.

L’escaladeuse est détenue au Metropolitan Correctional Center de Manhattan. Elle est accusée d’intrusion et d’ingérence conformément au règlement du parc national ainsi que de trouble à l’ordre public.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Manifestations dans tout le pays pour défendre les familles de clandestins

>> A lire aussi : Etats-Unis: Des maires se réunissent à la frontière mexicaine pour protester contre la politique «cruelle» de Trump