Chine: Des drones pigeons survolent et surveillent la population aux frontières

ESPIONNAGE Les engins disposent de caméras, de capteurs et d’antennes et sont difficiles à différencier des autres pigeons au milieu desquels ils volent…

20 Minutes avec agence

— 

Capture d'écran d'une vidéo de présentation par le site de vente aux enchères Pipa de Bolt, un pigeon voyageur belge.
Capture d'écran d'une vidéo de présentation par le site de vente aux enchères Pipa de Bolt, un pigeon voyageur belge. — 20minutes.fr

Les autorités chinoises auraient déployé des drones ressemblant à des pigeons pour surveiller la population dans cinq provinces du pays. Les engins serviraient particulièrement dans les régions frontalières de la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, le Kyrgystan, le Tajikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde.

Baptisé projet « Colombe », le dispositif serait utilisé par une trentaine d’agences militaires et gouvernementales, affirme le South China Morning Post.

Caméras HD et antennes GPS

Ces oiseaux artificiels seraient difficiles à repérer et à différencier des autres pigeons. Ils permettraient ainsi une surveillance discrète, ciblant notamment les 10 millions de musulmans majoritairement séparatistes de la région autonome du Xinjiang.

Les appareils, d’une envergure de 50 centimètres, pèsent 200 grammes et n’émettent aucun bruit. Ils sont équipés de caméras HD, de capteurs et d’antennes GPS, et sont contrôlables à distance via une liaison satellite.

Un déploiement plus large dans le futur ?

Yang Wenqing, une spécialiste travaillant sur l’opération « Colombe », a confirmé l’existence du projet mais assure que les autorités n’ont recours aux pigeons-espions que de manière limitée. Mais « cette technologie a le potentiel pour être utilisée à plus grande échelle dans le futur », a-t-elle tout de même déclaré. « Elle présente d’importants avantages qui lui permettent de répondre aux besoins des secteurs militaire et civil en matière de drones ».

À terme, le but est de mettre au point une nouvelle génération de drones inspirée des caractéristiques biologiques des êtres vivants, selon un autre membre du programme « Colombe ». Avec l’objectif de fabriquer des engins indétectables par les humains et les radars.

>> A lire aussi : La Chine veut équiper toutes les voitures avec une puce RFID

>> A lire aussi : Chine: Un lycée s'équipe de caméras à reconnaissance faciale pour «optimiser l'enseignement»