Insolite: Messein rejoint Monteton dans l'association des communes aux noms burlesques

HUMOUR A l’approche du rassemblement annuel organisé à Monteton (Lot-et-Garonne) les 7 et 8 juillet, une rumeur a même annoncé un jumelage avec Messein (Meurthe-et-Moselle), nouvel adhérent…

Bruno Poussard

— 

Non, Messein ne va pas nouer un jumelage avec Monteton, mais les deux villages font désormais partie du groupement des communes aux noms burlesques.
Non, Messein ne va pas nouer un jumelage avec Monteton, mais les deux villages font désormais partie du groupement des communes aux noms burlesques. — Capture d'écran / Google Street View.
  • Cette année, la commune de Messein a adhéré à l'association des communes aux noms burlesques dont le rassemblement est organisé à Monteton.
  • Entre les deux villages de Meurthe-et-Moselle et du Lot-et-Garonne, il n'est toutefois pas encore question d'un jumelage, contrairement à une rumeur largement relayée.

« Regarde cette vue plongeante sur Messein ! » Sur les hauteurs du village lorrain, en surplomb de la Moselle et de plusieurs plans d’eau, la plaisanterie est un classique. Ses habitants, eux, ont de l’humour. Même son maire. Si bien que Messein (Meurthe-et-Moselle) vient de rejoindre l'association des communes aux noms burlesques.

A l’approche de son rassemblement annuel organisé à Monteton (Lot-et-Garonne) les 7 et 8 juillet, de grands médias n’ont pas hésité à relayer la drôle de rumeur : Messein et Monteton vont se jumeler. Mais pas tout à fait, en fait. « Il s’agit d’une simple réunion et d’en profiter pour faire un peu de promotion », précise l’édile Daniel Lagrange.

En profiter pour se faire connaître auprès des touristes

Premier magistrat de Messein depuis 2008 (et élu depuis 29 ans), cet ancien instituteur a découvert un an plus le groupement de ces villages aux noms marrants créé en 2003. Après un échange avec ses responsables, Daniel Lagrange a décidé d’adhérer, ce qu’un vote du conseil municipal de la commune aux plus de 2.000 habitants a validé.

Si son écriture a évolué, Messein s’appelle ainsi depuis la révolution. Le maire a décidé d’utiliser ce nom face à un déficit d’image. Pour faire connaître sa commune et sa région. « C’est un village très attachant qui grandit dans un environnement de qualité », défend-il, bien décidé à mettre en avant ses arguments auprès des Lorrains et des touristes.

« Nous sommes près de Nancy, mais avec beaucoup de verdure, plein de forêts, de lacs, un plan d’eau merveilleux. »

La possibilité d’un vrai jumelage dans le futur ?

Les retombées médiatiques ne se sont pas fait attendre. Déjà, Daniel Lagrange se fait chambrer par d’autres maires de la région et ses contacts sur Facebook. Mais dans une semaine, il ne pourra toutefois pas se rendre à son premier rassemblement des communes aux noms burlesques, Monteton se trouvant à 820 kilomètres de Messein.

« Il m’est impossible de faire l’aller-retour en deux jours. D’autant que, chez nous, l’intercommunalité prend des vacances à partir du 14 juillet seulement. »

En préparation de celui de 2019, un vrai jumelage ne pourra-t-il toutefois pas être sérieusement envisagé ? « Je ne suis pas fermé, si ça permet de faire connaître encore plus notre commune », répond Daniel Lagrange. Mais déjà, Messein doit s’occuper de son vif jumelage né en 1992 avec Wendelsheim (Allemagne). Car cette année encore, des Messinois relieront les deux villages à vélo.