Le Prince Harry et Meghan Markle a bord d'une voiture décapotable le jour de leur mariage.
Le Prince Harry et Meghan Markle a bord d'une voiture décapotable le jour de leur mariage. — Shutterstock/SIPA

IMPOSTURE

Mariage princier: Un New-yorkais se fait passer pour un spécialiste «very British» de la famille royale

L’homme a été jusqu’à demander à un couple de personnes âgées britanniques s’il pouvait les considérer comme ses grands-parents…

Thomas J Mace-Archer-Mills Esq a été très sollicité par les médias récemment pour se prononcer au sujet des noces du Prince Harry et Meghan Markle. Mais l’homme qui se présentait comme un expert de la famille royale et de la culture britannique se trouve être un Américain, new-yorkais qui aurait inventé son lien avec la Grande-Bretagne, rapporte The Telegraph.

Tout aurait été inventé. A commencer par son nom qui serait en réalité Thomas « Tommy » Muscatello. L’homme a déclaré au Wall Street Journal qu’il s’identifie davantage comme Britannique qu’Américain (accent British posh compris). Il a créé ce nouveau patronyme en s’inspirant des noms de « ses amis et de connaissances lointaines ». L’homme, à présent controversé, serait parvenu à faire accepter à un couple de personnes âgées britanniques auquel il n’est pas apparenté de les considérer comme ses grands-parents. L’Américain d’origine italienne dit être passionné par le Royaume-Uni depuis l’enfance.

La Duchesse de Sussex trop américaine à son goût

Celui qui se dit spécialiste des affaires royales n’a pas manqué de donner son opinion sur la conservation des traditions et du patrimoine de la Grande-Bretagne au moment du mariage princier. Au sujet de la Duchesse de Sussex, il a déclaré : « Elle est forte, elle est américaine, elle se bat pour sa cause. Nous ne le faisons pas ici. Nous faisons les choses tranquillement avec dignité. Meghan Markle [rencontrera probablement des difficultés] parce qu’elle est tellement habituée à faire les choses à l’américaine, ce qui est différent de la façon britannique ».

Outre ses propos peu sympathiques, il semblerait que l’homme de 38 ans n’ait pas aimé la manière dont le voile a été levé sur sa véritable identité. Il a déclaré que le Wall Street Journal « a violé la confiance journalistique, et omis certaines vérités ». Et d’ajouter : « Beaucoup de faits [mentionnés] dans l’article sont inexacts [alors que le quotidien américain] a eu de nombreuses occasions de s’assurer que l’article [contenait] l’information la plus précise possible ».

>> A lire aussi : Mariage princier: Des invités revendent des sacs de cadeaux sur eBay