Haute-Garonne: Mi-debout, mi-assis, l'artiste Abraham Poincheval s'installe pour une semaine dans une statue

PERFORMANCE Connu pour ses performances en milieu restreint, Abraham Poincheval entre samedi matin dans la sculpture où il vivra en autonomie pendant sept jours...

J.R.

— 

C'est dans cette réplique agrandie de la statue de l'Homme-Lion que l'artiste va vivre durant une semaine.
C'est dans cette réplique agrandie de la statue de l'Homme-Lion que l'artiste va vivre durant une semaine. — Aurelien Ferreira-CD31
  • L'entrée de l'artiste dans la statue a lieu demain vers 10h30.
  • Il ne sera pas visible du public mais les spectateurs pourront lui parler.
  • La statue sera ensuite accessible au public, une fois la performance finie. 

Cela fait des mois qu’il se prépare à cette étrange performance… A la veille d’entrer dans la statue de L’Homme-Lion​ dans laquelle il vivra en autonomie durant une semaine, la pression monte pour Abraham Poincheval. Samedi, à 10h30, le performeur marseillais s’installera dans cette œuvre agrandie, située sous un abri sous roche, sur un sentier près du Musée-forum de l’Aurignacien, à Aurignac, au sud de la Haute-Garonne.

Cette semaine a été vécue comme la dernière ligne droite avant la performance puisque l’artiste a préparé la sculpture et l’a essayée. Habitué au milieu confiné lors de ces précédentes performances, Abraham Poincheval ne pourra pas bouger une fois à l’intérieur de la statue de mélèze. Il sera en position mi-debout, mi-assis et la tête collée au torse.

Invisible du public

Perte progressive des sens et des repères, diminution de sa masse musculaire, c’est comme si l’artiste allait se mettre en pause. « C’est un peu comme un voyage dans le temps, à l’intérieur d’une capsule, comme un lien entre l’architecture contemporaine du musée de la Préhistoire et le passé représenté par cet abri sous roche », confiait Abraham Poincheval un mois avant sa performance.

Pour se nourrir, le performeur a prévu des fruits secs, de la soupe et de la viande séchée. Les spectateurs ne pourront pas voir l’artiste cachée dans son scaphandre de bois mais pourront lui parler. La statue sera ensuite accessible au public après la performance.