Avortement: Des Irlandais font des milliers de kilomètres depuis l'étranger pour voter

AVORTEMENT A travers le mot-dièse « Home to Vote » les Irlandais expatriés partagent sur Twitter leur retour chez eux pour voter pour l’abrogation du 8e amendement qui rend l’avortement illégal en Irlande…

Naomi Mackako

— 

Des militants en faveur du
Des militants en faveur du — BARRY CRONIN / AFP

Loin des yeux ne signifie pas toujours loin du cœur. Sur Twitter, de nombreux Irlandais, toujours préoccupés par leur pays d’origine, ont partagé des photos de leurs billets d’avion et d’eux-mêmes tirant leur valise. Ces derniers rentrent « à la maison » pour voter vendredi sur la légalisation de l’avortement.

« Home To Vote » (« De retour à la maison pour voter », en français). C’est le mot-dièse qui traduit la mobilisation des expatriés irlandais sensibles au vote pour le référendum sur le droit à l’avortement. Certains utilisateurs de Twitter participant à cette campagne - qui voteront majoritairement pour l’abrogation du 8e amendement rendant l’avortement illégal en Irlande - appellent tous les autres Irlandais qui sont partis à les suivre.

Parcourir des kilomètres pour se rendre aux urnes

Certains parcourront donc des milliers de kilomètres pour se présenter devant les urnes vendredi. Ils partent du Japon, des Etats-Unis ou encore de l’Australie. Une Irlandaise a même interrompu sa lune de miel pour rentrer voter. « [Pendant mon voyage] Je penserai à toutes les Irlandaises qui ont été obligées de voyager pour accéder à des soins qui devraient être disponibles dans leur propre pays », a-t-elle posté sur Twitter.

Si le « oui » l’emporte, la proposition de loi autorisera alors l’avortement jusqu’à 12 semaines de grossesse, comme il est en vigueur en France. Chaque année, c’est 3.500 Irlandaises qui sont obligées de se rendre en Angleterre pour pouvoir avorter. Le planning familial anglais leur a même dédié un numéro de téléphone, rapporte Franceinfo. Celles qui parviennent à se procurer une pilule abortive illégalement sur Internet encourent 14 ans d’emprisonnement.

>> A lire aussi : Avortement: L'Iowa adopte la loi anti-IVG la plus restrictive des États-Unis