Le riz chinois continue d'alimenter des fantasmes sur le web.
Le riz chinois continue d'alimenter des fantasmes sur le web. — Eric Risberg/AP/SIPA

FAKE OFF

Hoax : La Chine ne vend (toujours) pas de riz en plastique

La rumeur d’une commercialisation d’aliments en plastique par les Chinois persiste sur le web.

  • Depuis 2016, des vidéos virales se répandent le web pour dénoncer la fabrication et la diffusion de riz chinois en plastique.
  • Plusieurs médias ont signalé cette intox mais elle continue de circuler.

Quel délice, le riz au plastique. Le site L’astucerie spécialisé dans la diffusion de recettes censément miracles nous apprend « comment identifier le riz qui contient du plastique ». L’auteur de l’article explique que « le plus grand producteur de riz au monde est la Chine avec plus de 200 tonnes de riz » ( elle en produit près de 145 millions en réalité) mais ce riz serait « extrêmement nocif en raison du contenu en plastique ». Il dit s’appuyer sur le Korea Times qui indique que le faux riz est « fabriqué à partir d’amidon plastique et de pomme de terre, cuit à la vapeur avec de l’arôme de riz. Ce riz est ensuite mélangé avec du vrai riz organique pour tromper les clients ».

FAKE OFF

Ce hoax s'appuie sur un scandale vieux de 2010, lorsque l’entreprise chinoise Wuchang avait été accusée d’avoir trompé ses clients en mélangeant du riz de qualité avec du riz médiocre. Début 2011, le site The Korea Times explique que « du faux riz créé à partir de plastique est vendu sur le marché chinois » et qu'il serait fabriqué à partir de pommes de terre, patates douces et de résine synthétique car cela serait plus lucratif. Le média coréen conclue alors son article en faisant référence à l'affaire Wuchang. Le tryptique Chine/riz/contrefaçon fait les délices de divers sites douteux qui y ajoutent leur grain de sel à mesure qu’ils se copient les uns, les autres.

 

Fin 2016, la saisie d’une centaine de sac de « riz en plastique » au Nigeria ramène la polémique sur le continent africain. Il sera attesté quelques jours plus tard qu’il s’agissait de riz périmé « contaminé par des micro-organismes » et « impropre à la consommation humaine » comme l’expliquait Jeune Afrique. Mais dans le même temps, plusieurs vidéos amateurs exposant le processus de fabrication de granulés de plastique circulent sur Facebook et la messagerie Whatsapp. Emballés dans des sac en polypropylènes, les grains de plastiques se confondent avec des grains de riz.

Plusieurs internautes se sont mis à publier des vidéos où ils tentent de démontrer qu’ils ont acheté du riz en plastique. Tantôt ils brûlent des grains de riz, tantôt ils font rebondir sur le sol des boulettes de riz qu’ils ont préalablement longuement malaxées.

 

Du simple riz de mauvaise qualité

Face à l’ampleur des réactions, l’Institut technique alimentaire de Dakar a fait analyser plusieurs échantillons de « riz douteux » et en a simplement qu’il s’agissait de riz de mauvaise qualité, âgé de plus de deux ans. Le docteur Fallou Sarr, directeur de l’institut expliquait il y a un an aux Observateurs de France 24 que « l’amidon a deux composants : l’amylose, qui donne la dureté du riz, et l’amylopectice qui donne l’aspect collant. Au-delà de deux ans, l’amylose diminue et l’amylopectine augmente. Et lorsqu’on chauffe ce riz, cela donne un produit très collant, qui, lorsqu’il sèche, est très condensé. Donc pas surprenant que l’on puisse le jeter par terre et qu’il rebondisse ».

Le Centre de sûreté alimentaire de Hong Kong a aussi répondu à la controverse via un communiqué en juin 2017. Il affirme avoir procédé à une batterie de tests sur des échantillons de riz incriminé et n'avoir trouvé... que du riz. La chercheuse Constance Lai recommande de faire de la prévention sur les propriétés du riz, afin que les consommateurs comprennent mieux les phénomènes d'élasticité de la céréale. 


Les rumeurs autour du riz en plastique chinois continuent cependant de tourner et prennent de nouvelles déclinaisons. Récemment c’est la vidéo de la fabrication d’œufs en plastique qui s’est largement répandue.

Ces œufs artificiels sont pourtant vendus utilisés comme des jouets pour comme le montre la vidéo suivante.

 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.