Royaume-Uni: Le logiciel de reconnaissance faciale de la police métropolitaine n’est «pas encore opérationnel»

DEFAILLANCE 98 % des correspondances que le logiciel a reconnues comme positives ne l’étaient pas…

Naomi Mackako

— 

Caméra de vidéo surveillance. Image d'illustration.
Caméra de vidéo surveillance. Image d'illustration. — Robin Buckson/AP/SIPA

Le logiciel de reconnaissance faciale de la plus grande force de police du Royaume-Uni, la police métropolitaine, a envoyé une majorité de « faux positifs », rapporte The Independent. Sur plus des 104 alertes générées, seules deux se sont révélées exactes.

La technologie de reconnaissance faciale analyse les individus d’un flux et compare leurs images à celles stockées dans une bibliothèque de référence ou une liste de surveillance. Le logiciel a été utilisé lors de grands événements au Royaume-Uni, tels que le carnaval de Notting Hill et le tournoi de rugby des VI nations.

Quelque 2.400 faux « positifs » ont été relevés dans 15 déploiements

Et après qu’une demande de publication des informations a été demandée, il s'avère que  98 % des alertes traitées étaient fausses. La police a déclaré qu’elle ne reconnaissait pas les correspondances inexactes pointées dans le rapport comme « faux positifs », assurant que chacune des alertes avait été vérifiée une deuxième fois.

Reste qu'une défaillance du système de reconnaissance faciale similaire a été notée auprès de la police de South Wales. Quelque 2.400 faux « positifs » ont été relevés dans 15 déploiements depuis le mois de juin 2017. La majorité des cas inexacts a été relevée lors de la finale de l’UEFA Champions League à Cardiff où seulement 234 des alertes, soit moins de 10 %, étaient des correspondances correctes.

Une situation « urgente »

Le commissaire britannique à la biométrie, le professeur Paul Wiles, a déclaré à The Independent que la situation était « urgente » et que « la technologie n’était pas encore prête à être utilisée ». Et d’ajouter : « le Bureau de l’Intérieur a promis de publier une stratégie biométrique en juin et j’espère qu’un cadre législatif sera établi. Il est important, pour gagner la confiance du public, que les citoyens sachent clairement quand ses données biométriques seront utilisées et à quelles fins. »

Des militants ont déclaré, de leur côté, que le logiciel de reconnaissance faciale devrait être abandonné par les services de police. Au moins une personne participant au Carnaval de Notting Hill a été détenue à tort à la suite de l’utilisation de la reconnaissance faciale.

>> A lire aussi : Brexit: La France souhaite un règlement de la question irlandaise en juin