Chine: Un bébé naît d’une mère porteuse quatre ans après le décès de ses parents

GPA Le couple a péri dans un accident de la route, cinq jours avant le transfert de l’embryon dans le cadre d'une fécondation « in vitro »…

Naomi Mackako

— 

Image d'illustration de la fécondation "in vitro" en laboratoire.
Image d'illustration de la fécondation "in vitro" en laboratoire. — DURAND FLORENCE/SIPA

Le fils d’un couple chinois décédé il y a quatre ans est né d’une mère porteuse, rapporte The Guardian.

Shen Jie et son épouse Liu Xi étaient mariés depuis deux ans lorsqu’ils ont envisagé la fécondation « in vitro ». Mais malheureusement, cinq jours avant le transfert de l’embryon fécondé, le couple a perdu la vie lors d’un accident de voiture dans la province de Jiangsu.

Des démarches judiciaires compliquées

Pendant les trois années qui ont suivi la mort du couple, leurs parents respectifs se sont battus pour faire reconnaître leurs droits sur les quatre embryons congelés laissés par les défunts. Après des démarches judiciaires compliquées, guidés par une agence spécialisée dans la gestation pour autrui (GPA), les grands-parents ont pu faire appel à une mère porteuse. La GPA étant prohibée en Chine, les aïeuls ont dû se rendre au Laos pour réaliser le tranfert d’embryon.

Le bébé, un petit garçon prénommé Tiantian - qui signifie « douceur » en chinois —, est né en décembre dernier à l’hôpital de Guangzhou. Pour célébrer les cent jours de leur petit-fils, les grands-parents ont organisé une petite réception comme il est de coutume de le faire à l’Empire du Milieu.

Préserver l’enfant

Si la famille semble avoir retrouvé une certaine harmonie, elle a rencontré des difficultés peu de temps après la naissance du bébé. En effet, les grands-parents ont dû effectuer un test ADN afin de prouver leur lien biologique avec le petit orphelin.

L’un des grands-parents a déclaré au Beijing News, que pour préserver l’enfant, la famille lui dirait que ses parents sont en voyage. Et ce, jusqu’à ce qu’il ait la maturité nécessaire pour comprendre l’histoire de sa conception.

>> A lire aussi : Vos états généraux de la bioéhique: «Faire appel à une mère porteuse était pour moi le seul moyen d’avoir des enfants»

>> A lire aussi : Vos états généraux de la bioéthique: «Divorcée et mère d'un enfant, j'ai eu des jumeaux par PMA»