Ecosse: Privé de son coupe-cigares avant d'embarquer, un pilote lance qu'il peut «crasher l'avion»

SECURITE AERIENNE Le pilote de la compagnie Hop!, filiale d'Air France, s'est mis en colère devant les passagers...

L.Br.

— 

Un avion de la compagnie Hop décolle sur la piste de l'aéroport de Rennes Saint-Jacques.
Un avion de la compagnie Hop décolle sur la piste de l'aéroport de Rennes Saint-Jacques. — C. Allain / 20 Minutes

Voilà une annonce qui a dû provoquer quelques sueurs froides chez les passagers. Le 9 mars dernier, un pilote de la compagnie Hop!, filiale d’Air France, a provoqué un esclandre alors que la sécurité de l’aéroport d’Edimbourg (Ecosse) voulait lui confisquer son coupe-cigares avant de monter à bord.

>> A lire aussi : Canada: Ivre, un pilote d'avion s'évanouit dans le cockpit

Le pilote, habitué à voyager depuis des années avec son coupe-cigares, n’a pas compris que l’aéroport d’Edimbourg lui interdise cette fois d’embarquer avec son objet fétiche, raconte le site du Scottish Sun. L’employé de la filiale d’ Air France s’est alors mis en colère. « Il s’est plaint bruyamment en disant qu’il était le pilote et qu’il pouvait faire ce qu’il voulait. Il a même dit de manière alarmante qu’il pouvait faire s’écraser l’avion s’il le voulait », témoigne un passager.

Le pilote agissait comme un terroriste

La police est ensuite intervenue et a emmené le pilote à l’écart. « Je ne voulais pas qu’il soit aux commandes d’un avion dans lequel j’étais », se souvient un témoin. Les passagers racontent ensuite avoir surpris des regards troublés et nerveux parmi le personnel de bord. « Il n’est peut-être pas un terroriste mais il agissait comme tel et nous a rendus vraiment nerveux avant le vol », raconte un autre passager.

>> A lire aussi : Crash Germanwings. Le père du copilote remet en cause la thèse du suicide

L’avion a finalement atterri à 16 heures à Roissy Charles de Gaulle avec trente minutes de retard. L’aéroport a déclaré que l’incident s’était finalement résolu de façon amicale. Quant au pilote, aucune information n’a fuité sur une éventuelle sanction. La compagnie aérienne Hop! a reconnu l’incident et a simplement reconnu « un comportement inapproprié ».