Orne: Accusé d'avoir vendu de fausses Nike sur Internet, il vient au tribunal chaussé de vraies

JUSTICE Le trentenaire revendait 50 euros des paires de « Nike » achetées Porte de Clignancourt, à Paris…

20 Minutes avec agence

— 

Nike illustration
Nike illustration — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Un homme de 32 ans, originaire de l’Orne, a été condamné ce jeudi par le tribunal correctionnel d’Alençon pour la vente de chaussures de contrefaçon sur Internet, rapporte Ouest France. L’homme mettait en vente de fausses Nike sur un site de petites annonces.

>> A lire aussi : Contrefaçons: Les smartphones Samsung ont été les plus copiés en 2017

C’est en enquêtant sur une tout autre affaire, en avril 2017, que les gendarmes ont découvert ce commerce illégal. Un nombre conséquent de paires de chaussures Nike étaient mises en vente sur le site Internet, au prix défiant toute concurrence de 50 euros. En tout, dix-sept annonces avaient été postées en quatre mois selon le procureur.

Chaussé de vraies Nike à l’audience

Le vendeur achetait des imitations contrefaites en région parisienne et les revendait sur le site. « C’est pas légal, je sais et j’en suis désolé, mais là-bas il y en a partout », a-t-il expliqué. Mais tout ça était opéré « sans faire de bénéfice », a-t-il précisé. « Il suffit de voir mon compte en banque ».

>> A lire aussi : Ikea, Air France et Nike visés par des arnaques sur WhatsApp

À l’audience, le vendeur s’est présenté fièrement présenté à la barre chaussé de… Nike. « Des vraies ! », a-t-il précisé devant le sourire des magistrats. Les juges ont demandé à l’homme, poursuivi pour usage de contrefaçon et travail au noir, s’il prévenait ses clients qu’il s’agissait de faux. « À ce prix-là, ils devaient s’en douter ! », a-t-il rétorqué sans se démonter. Il a été condamné à une amende de 800 euros avec sursis.