VIDEO. Chine: Une journaliste lève les yeux aux ciel et fait scandale

BUZZ Le gouvernement chinois a ordonné la suppression de la vidéo...

Naomi Mackako

— 

Conférence de presse du mardi 13 mars 2018 au Palais du peuple à Pékin.
Conférence de presse du mardi 13 mars 2018 au Palais du peuple à Pékin. — NICOLAS ASFOURI / AFP

Une journaliste chinoise est devenue la star du Web de l’Empire céleste après qu’elle a été filmée levant les yeux au ciel de façon théâtrale pendant l’intervention de sa consœur à la conférence de presse du Palais du Peuple à Pékin, rapporte The Guardian.

Sur les images filmées et diffusées en direct à la télévision chinoise, on peut voir la journaliste Liang Xiangyi, portant une veste bleue, rouler des yeux alors qu'une autre journaliste - en rouge, pour montrer son appartenance à un média communiste - prend la parole pour poser une question sur les investissements des entreprises publiques à l’étranger. 

Une intervention « idiote »

Il semblerait que le ton de la reporter ait pour le moins agacé Liang Xiangyi. La journaliste apparaît comme une trouble-fête, sachant que les conférences de presse chinoises sont toujours parfaitement orchestrées et toutes les questions transmises par avance. D’après une conversation WeChat publiée par WhatsonWeibo, Liang Xiangyi a avoué à son collègue qu’elle avait levé les yeux au ciel car « la femme à côté d' [elle] était une idiote ».

Sur la Toile, de l’Empire du milieu, les internautes ont salué le geste de la journaliste qu’ils ont interprété comme une prise de position ferme face à la journaliste en rouge, symbole du communisme. La scène théâtrale a été détournée en multiples memes et le site de vente en ligne Taobao a même vendu des tee-shirts et des coques de téléphone à l’effigie de Liang Xiangyi.

Les censeurs s'en mêlent 

Mardi après-midi, le nom de la journaliste était le plus recherché sur l’équivalent chinois de Twitter, Weibo. Les censeurs qui ont perçu cette attitude comme provocatrice ont ordonné que la vidéo soit supprimée de toutes les plateformes dans un « avis urgent », rapporte le China Digital Times. « Tout ce qui a déjà été posté doit être supprimé. Sans exception, les sites Web ne doivent pas promouvoir l’épisode. »

La crainte du gouvernement fait écho à un moment politique délicat, après la décision de Xi Jinping qui s’est proclamé leader de la Chine à vie en supprimant les limites du mandat présidentiel. Le South China Morning Post de Hongkong, a rapporté que la journaliste aurait été virée. Cependant, son employeur du Yicai Media Group a tenu à lui démontrer son soutien en postant une ancienne vidéo d’elle dans laquelle elle interroge le ministre du commerce.