Un habitant de Dunkerque lègue près de deux millions d'euros à sa ville

INSOLITE Mais le très généreux donateur a posé quelques conditions sur l’utilisation des fonds par le légataire…

Mikael Libert

— 

Paris le 04 fevrier 2013. Illustration  argent, billets de banque tenus dans une main.
Paris le 04 fevrier 2013. Illustration argent, billets de banque tenus dans une main. — A. GELEBART / 20 MINUTES

La mairie de Dunkerque, dans le Nord, a reçu un legs très important de la part de l’un de ses administrés selon nos confrères de France 3. Un beau cadeau de près de deux millions d’euros que la mairie ne pourra cependant pas utiliser pour faire ce que bon lui semble.

La ville de Dunkerque, dans le Nord.
La ville de Dunkerque, dans le Nord. - 20 Minutes

Marcel Delhaye est décédé il y a un peu plus d’un an, le 8 mars 2017. Après la mort de cet homme, la mairie de Dunkerque, la ville dans laquelle il habitait, a eu la surprise de constater qu’elle avait été couchée sur le testament de cet administré. Et même qu’elle était l’unique légataire d’une petite fortune de 1,8 million d’euros.

Six assurances vie et une maison

A l’origine de ce pactole, la vente de la maison de Marcel Delhaye et pas moins de six assurances vie bien garnies. Mais attention, le généreux donateur a subordonné son legs à deux conditions que la ville a acceptées en toute connaissance de cause, après avoir vérifié qu’il n’existait aucun héritier.

>> A lire aussi : Le legs, une manne à un milliard pour les assos caritatives

La première condition est que l’argent serve à construire une maison de retraite dans la commune. Cependant, même si la somme léguée semble importante, elle n’est toutefois pas suffisante pour bâtir une telle structure. Marcel avait d’ailleurs précisé dans son testament que la ville pourrait mettre « le complément si nécessaire ». Un « complément » qui peut s’avérer important. En effet, selon une étude publiée dans Le Moniteur, le prix d’une maison de retraite (EHPAD) de 70 places dépasserait les sept millions d’euros.

La seconde condition est moins problématique. Marcel souhaitait que la municipalité se charge d’ériger une plaque à son effigie dans le cimetière de Malo-les-Bains. Un vœu que la mairie va exaucer, en prenant soin que la plaque ne soit pas trop « tape à l’œil ».