Montpellier: Coup de théâtre, le «chat léopard» qui a mobilisé les gendarmes était... un serval

ANIMAUX Ce sont les gendarmes eux-mêmes qui ont indiqué cette nouvelle information, sur les réseaux sociaux. Une enquête a été ouverte...

Nicolas Bonzom

— 

Un serval et son petit (illustration).
Un serval et son petit (illustration). — Ludek Perina/AP/SIPA

Coup de théâtre, dans cette drôle d’histoire qui a fait tant rire le Web ce week-end : le félin, pris pour un léopard samedi par un habitant de Juvignac qui avait prévenu les gendarmes, serait en réalité… un serval ! Et pas un chat Savannah, au pelage proche du léopard, comme les gendarmes l’avaient d’abord indiqué sur les réseaux sociaux.

>> A lire aussi : Un léopard menace de manger ses poules, les gendarmes débarquent, c'était un chat

C’est samedi qu’un Héraultais a décroché paniqué son téléphone, persuadé d’avoir aperçu un léopard juché sur le toit de sa maison. Craignant que l’animal ne tue toutes ses pauvres poules (certaines auraient été dévorées), il a appelé au secours les gendarmes, qui ont aussitôt débarqué en nombre à Juvignac, près de Montpellier.

Des autorisations réglementaires

Les militaires sont alors formels, et ils le font savoir sur les réseaux sociaux : il s’agit d’un Savannah. Une race très particulière de chat, qui ressemble, c’est vrai, beaucoup au léopard. Le splendide matou s’était échappé du domicile de son propriétaire, en raison des intempéries qui se sont abattues sur le coin. Le Web se moque, TPMP aussi, l’animal est pris en charge, et retrouve finalement son maître quelques heures plus tard.

>> A lire aussi : La préfecture alerte la population après la signalisation d'un félin en liberté

Mais cette affaire n’est peut-être pas si anodine que cela, si l’on en croit le Twitter de la gendarmerie de l'Hérault. « Le «léopard» de Juvignac n’était pas un Savannah, mais bel et bien un serval. Il est toujours chez son maître, qui a été invité par les gendarmes à demander les autorisations de détention réglementaires », notent à présent les militaires.

Et un serval, ce n’est pas du tout un chat, mais bien un félin originaire des savanes humides d’Afrique, au long cou et aux grandes oreilles, qui présente notamment quelques points communs avec le guépard. Mais sans réel danger, en revanche, pour l’homme. Les aventures de ce beau félin aux portes de Montpellier ne sont sans doute pas terminées, car « l'enquête en cours et son jugement judiciaire décideront de la destination à donner à cet animal », soulignent les gendarmes de l'Hérault. A suivre.