Royaume-Uni: Plus de 2.000 professeurs auraient aidé leurs élèves à tricher à un examen

TRICHE L'Oxford, Cambridge and RSA Examinations fait partie des commissions d'examens les plus prestigieuses du Royaume-Uni...

Naomi Mackako

— 

Etudiants passant un examen. Image d'illustration

Etudiants passant un examen. Image d'illustration — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Entre 2012 et 2016, 2.300 professeurs ont été impliqués dans une affaire de triche au cours de l’OCR, (Oxford, Cambridge and RSA Examinations) une des commissions d’examens les plus prestigieuses du Royaume-Uni.

Les chiffres -que le conseil d’examen a tenté de supprimer - sont rapportés par le Sunday Times. Plus de la moitié des enseignants est accusée d' « assistance inappropriée » envers les étudiants pendant les épreuves des examens. La sentence est tombée : 81 enseignants ont reçu un avertissement, 113 ont été orientés vers une formation et 83 ont été suspendus de leur fonction d’examinateur. En comparaison, 3.603 cas de candidats trichant aux examens ont été relevés pendant la même période. En conséquence, 1.000 étudiants ont été disqualifiés des épreuves, et quatorze du diplôme.

Résoudre les problèmes

Dans un communiqué, OCR a déclaré : « Comme toutes les commissions d’examens, nous prenons très au sérieux chaque allégation de faute professionnelle et travaillons de concert avec les écoles pour résoudre ces problèmes vite et équitablement. Nous rapportons nos cas de fautes professionnelles chaque année à Ofqual. »

« Tricher lors d’examens est l’équivalent de prendre des drogues lors d’épreuves d’athlétisme, et la punition [pour les enseignants] devrait être proportionnelle », a déclaré Alan Smithers, le directeur du Centre pour l’éducation et la recherche d’emploi de l’université de Buckingham, auprès du Sunday Times.

Des sujets de cours contrôlés

L’été dernier, l’Ofqual, l’Observatoire des examens en Angleterre, a annoncé que le système permettant aux enseignants en activité d’être surveillants pendant les examens serait révisé. Cette annonce vient après que l’Observatoire a recensé des faits de tricherie dans deux écoles publiques importantes du pays.

Michelle Meadows, directrice de l’Ofqual a ajouté qu’elle envisageait d’empêcher les enseignants d’instruire les étudiants sur des sujets auxquels ils ont participé à l’élaboration.