États-Unis: Une femme répare l'aile d'un papillon grâce à ses talents de couturière

GREFFE Une Américaine a fait usage de ses talents de couturière pour recoudre l’aile brisée d’un papillon et lui permettre de voler à nouveau…

20 Minutes avec agence

— 

Un papillon monarque dans une forêt à Temascaltepec, le 12 novembre 2015 au Mexique
Un papillon monarque dans une forêt à Temascaltepec, le 12 novembre 2015 au Mexique — OMAR TORRES AFP

La maison de Romy McCloskey regorge de papillons Monarques, qu’elle élève et libère sur le continent américain. Chaque année, les insectes quittent le territoire pour migrer vers le Mexique où ils passent l’hiver.

>> A lire aussi : Climat: Les sites naturels du patrimoine mondial de l'Unesco sont deux fois plus menacés qu'il y a trois ans

Mais un jour, un drame survient : son chat Floki écrase deux cocons. Un est totalement détruit, tandis qu’un autre se retrouve fissuré. Ce dernier éclôt quelques jours plus tard, mais le Monarque naît avec une aile brisée l’empêchant de voler.

Elle colle l’aile du Monarque

La Texane, costumière de profession, publie la photo de l’aile brisée sur Facebook : « J’avais, inutile de le dire, le cœur brisé à l’idée de devoir l’abandonner. Et puis un ami m’a envoyé une vidéo montrant comment réparer une aile », explique-t-elle au Washington Post.

>> A lire aussi : A Gaillac, le vin est bon car les papillons ne font plus l'amour

Elle décide alors de faire usage de sa dextérité pour sauver le papillon. Elle sort ses ciseaux, sa glu, une pince à épiler, de la poudre de talc, une serviette et un cintre. La jeune femme immobilise le papillon et colle les morceaux d’aile manquants jusqu’à ce que tout tienne bien en place. En 10 minutes, l’insecte est sauvé.

Il réussit son envol

Romy McCloskey a donné des nouvelles du Monarque, qui a pu reprendre son envol avec ses huit autres congénères. « Le vol a eu lieu avec succès », raconte la couturière sur Facebook.

« Une petite sortie dans le jardin avant un peu de repos sur un des buissons… et puis d’un coup, tel les aigrettes d’un pissenlit, il s’en est allé ! Je me suis sentie vraiment heureuse… Et j’ai poussé de tout mon cœur avec lui ! »