Inde: Contre l'importation massive d'engrais, le gouvernement envisage la création de banques d’urine

INSOLITE Les paysans seront rémunérés une roupie par litre d’urine donné…

Naomi Mackako

— 

Les paysans seront rémunérés une roupie (environ un centime d’euro) par litre d’urine
Les paysans seront rémunérés une roupie (environ un centime d’euro) par litre d’urine — Kevin Frayer/AP/SIPA

Le gouvernement indien envisage de créer des banques d’urine similaires aux banques de sang ou encore de sperme. C’est ce qu’a déclaré ce lundi, le ministre des transports indien, Nitin Gadkari dans les colonnes du Times Of India.

Une roupie par litre d’urine

Le projet gouvernemental n’est encore qu’embryonnaire mais le ministre a déclaré espérer ouvrir des banques d’urine dans chaque sous-district de l’Inde rurale. Chacun des paysans recevra un baril de 10 litres à remplir et sera payé une roupie (environ un centime d’euro) par litre d’urine.

« Les barils devront être fournis par le gouvernement et l’agriculteur […] ce qui peut être fait dans les zones rurales parce que l’urine ne sera pas diluée avec l’eau des toilettes. […] Plus pure, elle agir [a] comme un engrais organique soluble » a expliqué Nitin Gadkari.

Stop au gaspillage

« L’urine humaine contient beaucoup d’azote mais est malheureusement gaspillée » déplore le ministre. Et le passionné du recyclage de poursuivre : « je pense qu’il n’y a pas de mal à essayer cette idée. Nous avons déjà des substituts organiques pour le phosphore et le potassium, si nous pouvions ajouter de l’azote, cela pourrait faire un booster de plantes idéal. »

L'Inde est le deuxième plus gros consommateur d'engrais au monde.
L'Inde est le deuxième plus gros consommateur d'engrais au monde. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le plus gros consommateur d’engrais au monde

Cette démarche permettrait de pallier l’importation massive d’urée en Inde. Le sous-continent est le deuxième pays consommant le plus d’engrais au monde, sur les 32 millions de tonnes utilisées au cours de l’année 2016, un quart a été importé. Le projet est mené en partenariat avec des scientifiques suédois afin d’évaluer les mesures possibles pour le rendre opérationnel et élaborer un plan économique.

Ce n’est pas la première fois que Nitin Gadkari évoque le recyclage des déchets liquides du corps humain. En 2015, il avait déclaré arroser les plantes de son jardin avec sa propre urine.