Mexique: 8.500 euros par mois pour raconter votre séjour à Cancún

JOB DE REVE Le site Cancun.com est à la recherche du candidat idéal pour raconter son séjour touristique sur les réseaux sociaux en échange de 8.500 euros...

20 Minutes avec agence

— 

Ce job de rêve emmènera l'heureux élu sur les plages de Cancún au Mexique.
Ce job de rêve emmènera l'heureux élu sur les plages de Cancún au Mexique. — Pixabay

« Cancún recherche un ambassadeur » et pour relancer le tourisme, la ville du Mexique est prête à redoubler d’efforts et à mettre la main au porte-monnaie.

Le site Cancun. coma publié une annonce afin de décrocher le candidat idéal pour relater son séjour dans la station balnéaire sur les réseaux sociaux. L’heureux élu sera grassement rémunéré.

Nourri, logé, blanchi… et payé

L’ambassadeur sera envoyé dans la station balnéaire « afin de raconter des histoires à travers des vidéos, des photos et du texte ». Sa cible ? Les internautes américains. En tant que « personnalité locale », l’ambassadeur aura accès « VIP » à tous les clubs et toutes les activités de la ville.

Mais les avantages ne s’arrêteront pas là. L’hébergement dans des établissements de luxe et l’ensemble des excursions seront pris en charge. Le job (de rêve ?) doit débuter en mars 2018 pour une durée de six mois et notre VIP sera rémunéré à hauteur de 10.000 dollars par mois, soit 8.500 euros.

>> A lire aussi : Job de rêve: Devenez nounou de luxe pour 110.000 euros par an

Une vidéo pour postuler

Les candidats au poste ont jusqu’au 1er janvier pour envoyer une vidéo de 90 secondes dans laquelle ils vantent leurs qualités. Le site recherche une personne âgée de 18 ans ou plus, « authentique », « dynamique », qui parle couramment l’anglais, maîtrise les réseaux sociaux et qui est capable de produire un « travail de grande qualité ».

Les cinq meilleurs candidats seront envoyés à Cancún le 26 janvier pour suivre un processus d’embauche d’une durée de quatre jours et le nom de l’heureux élu sera officiellement annoncé le 31 janvier !

>> A lire aussi : Etats-Unis: Un musée est à la recherche d'un historien «goûteur de bières»