Etats-Unis: La cycliste qui a fait un doigt d’honneur à Donald Trump s'est fait virer

INSOLITE Juli Briksman vit cette décision comme une injustice…

Naomi Mackako

— 

Juli Birksman a croisé le cortège présidentiel samedi 28 octobre dernier.
Juli Birksman a croisé le cortège présidentiel samedi 28 octobre dernier. — CHINE NOUVELLE/SIPA

La cycliste qui a fait un doigt d’honneur au cortège de Donald Trump qui revenait d’une séance de golf de quatre heures, a été virée de son travail. La photo a été prise samedi 28 octobre et a fait sensation sur la Toile. Les internautes américains l’ont affectueusement surnommée « She-ro », un jeu de mots entre « She » (Elle) et « Hero » (Héros).

Malheureusement, Akima LLC, l’entreprise pour laquelle travaillait l’héroïne d’un jour de certains Américains, Juli Briksman, n’a pas partagé l’enthousiasme du grand public.

Virée d’Akima LLC

Comme le relate Le Huffington Post, lundi dernier, la femme de 50 ans s’est rendue sur son lieu de travail alors que le monde entier parlait du cliché viral. Elle a averti le bureau des ressources humaines de l’entreprise de ce qui se tramait. Le lendemain, la direction la convoquait pour lui signifier son licenciement pour viol de la politique des réseaux sociaux de la société.

Juli Briksman a repris la photo partagée sur les réseaux sociaux comme image de profil de ses comptes Twitter et Facebook. « Ils ont dit : "Nous nous séparons de vous" », a déclaré Juli Briskman au Huffington Post. « Fondamentalement, vous ne pouvez pas avoir de contenus "obscènes" sur les réseaux sociaux. »

« Est-ce juste ? »

Cette mère de deux enfants a tenté de faire valoir qu’elle ne se trouvait pas sur son lieu de travail au moment de l’« incident » et qu’elle ne mentionne pas son employeur sur ses comptes mais la société a été catégorique. Étant une entreprise gouvernementale, elle craint que ses affaires ne soient affectées par cette photo dégradante.

Juli Briksman, elle, vit cette décision comme une injustice. Un de ses collègues masculins qui a insulté délibérément une personne sur Facebook a simplement été réprimandé alors que l’entreprise figurait sur sa photo de couverture. Il lui a été demandé de supprimer le post mais il a pu conserver son emploi. « Comment cela peut-il être moins " obscène " que mon un doigt d’honneur au président ? », s’est-elle offusquée. « Est-ce juste ? ».

Aucun regret

Juli Birksman qui est démocrate, dit ne pas avoir réfléchi lorsqu’elle a croisé le cortège présidentiel. C’était instinctif et elle ne regrette pas : « D’une certaine façon, je vais mieux que jamais », a-t-elle déclaré. « Je suis mécontente de la situation actuelle de notre pays. Je suis consternée. C’était une opportunité pour moi de dire quelque chose. » Elle est heureuse d’avoir incarné le temps d’un instant, le symbole du sentiment de protestation qui anime de nombreux Américains.