Chine: La reconnaissance faciale pour faire l'appel à l'université

INSOLITE Pour pallier l’absentéisme en cours, un professeur chinois soumet ses étudiants à la reconnaissance faciale...

Naomi Mackako

— 

300 étudiants seront soumis au système de reconnaissance faciale.
300 étudiants seront soumis au système de reconnaissance faciale. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Bientôt les étudiants chinois ne pourront plus déserter les bancs de la fac. Comme le rapporte China Daily, un professeur chinois soumet ses étudiants à la reconnaissance pour combattre l’absentéisme en cours.

Suivi des présences

En entrant en salle de cours, les étudiants doivent passer devant une tablette. Dessus, le professeur Shen Hao a installé un système de reconnaissance faciale : « La méthode traditionnelle de suivi des présences est un appel nominal, qui permet de gagner du temps et de réduire la charge de travail des enseignants », a expliqué le professeur.

Le procédé est simple, il concerne pour l’instant les trois cents élèves des six classes de Shen Hao. Les étudiants se placent devant l’écran un par un afin que leur visage soit photographié puis jumelé à la photo présente dans la base de données de l’université. Ainsi, la fraude est rendue impossible, les universitaires ne pourront plus signer la feuille d’appel pour leurs copains absents.

La technologie partout

Bien entendu, cette nouvelle n’a pas ravi tous les étudiants qui disent cependant apprécier l’intégration de moyens technologiques à la faculté. Sur le réseau social chinois Weibo, les réactions des utilisateurs amusés et un poil indignés ont fusé : « Dieu merci, cela n’a pas été mis en place quand j’étais étudiant », « Devinez qui tout le monde déteste maintenant ? Le gars qui a pensé à cette idée » ou encore « Comment vais-je réussir les cours maintenant… »

En Chine, de nombreux lieux publics sont équipés de la technologie de reconnaissance faciale comme les guichets automatiques ou encore des restaurants KFC. Dans l’est de la Chine à Jinan, la police de la circulation a installé des scanners faciaux aux intersections pour attraper et faire honte aux piétons indisciplinés, une université de Pékin utilise ce système pour surveiller ses dortoirs.