Histoire : «Allah» inscrit sur des textiles vikings ? La découverte est contestée

FAKE OFF Une chercheuse affirme avoir vu les mots « Allah » et « Ali » sur des tissus découverts dans des tombes vikings...

Mathilde Cousin

— 

Le nom d'Allah inscrits sur des tissus enterrés dans des tombes viking ? Plusieurs chercheurs en doutent.
Le nom d'Allah inscrits sur des tissus enterrés dans des tombes viking ? Plusieurs chercheurs en doutent. — adriankirby / Pixabay
  • Annika Larsson, une chercheuse suédoise, a étudié des tissus retrouvés dans des tombes vikings des IXe et Xe siècles.
  • Elle affirme y avoir retrouvé à plusieurs reprises les mots « Allah » et « Ali ».
  • Cette découverte est largement remise en cause par plusieurs scientifiques, qui mettent en avant des problèmes de chronologie et de méthode.

C’est une annonce qui a fait beaucoup de bruit : début octobre, une chercheuse suédoise  annonçait avoir trouvé les mots « Allah » et « Ali » brodés sur des tenues de soie retrouvées dans des tombes vikings. La nouvelle est alors reprise par de nombreux médias.

Annika Larsson, chercheuse en textile et en archéologie à l’université d’Uppsala, explique que les noms sont inscrits en écriture coufique carrée, un type de calligraphie de l’arabe. Le nom « Allah » aurait été écrit à l’envers et ne serait lisible que grâce à un miroir.

Selon la chercheuse, le nom n’apparaît que de manière fragmentée sur les tissus qui sont parvenus jusqu’à nous. Elle a complété les motifs géométriques brodés pour montrer qu’il s’agit bien du mot « Allah. »

Elle explique à la BBC avoir trouvé ces deux noms sur dix des 100 pièces sur lesquelles elle travaille. Ces fragments de tissus ont été découverts à la fin du XIXe et au milieu du XXe siècle dans des tombes à Birka et Gamla Uppsala en Suède. Ces tombes datent du IXe et du Xe siècles.

>> A lire aussi : Finlande: Un féru d'archéologie découvre une épée viking millénaire dans son terrain

Les contacts entre le monde viking et le monde musulman à cette époque sont largement documentés. De nombreuses pièces de monnaie portant des inscriptions en arabe ont notamment été retrouvées.

Mais plusieurs voix se sont élevées dans la communauté scientifique pour contester cette découverte. Annika Larsson se serait-elle trompée dans la datation et la lecture des textiles ? Stephennie Mulder, professeur d’art et d’architecture de l’islam à l’université d’Austin, soutient que le style calligraphique présenté par Annika Larsson est apparu 500 ans après la fabrication de ces tissus.

Pour l’Américaine, ce n’est pas le mot « Allah » qui est inscrit dans ces tissus vikings. C’est « Illah » qui est inscrit, mot qui n’a aucune signification en arabe.

La méthode même de la Suédoise est mise en doute : celle-ci s’est basée sur des conjonctures pour former le mot « Allah », elle a doublé la largeur du textile pour y placer des caractères inexistants dans la broderie actuelle. Pour Carolyn Priest-Dorman, une blogueuse spécialisée dans l’archéologie du textile, il est très difficile de penser que le motif était plus large à l’époque où il était brodé. La façon dont les fils ont été brodés le prouve, soutient la blogueuse, dans un article documenté.

>> A lire aussi : Islande: Un groupe de chasseurs découvre par hasard une épée Viking

La présence du nom « Ali », le quatrième calife de l’islam et gendre de Mahomet qui occupe une place importante dans le chiisme, soulève aussi des interrogations chez les spécialistes. « L’utilisation d’Ali suggère bien un lien avec le chiisme », détaille Amir de Martino, responsable des études islamiques au Islamic College de Londres, à la BBC. Mais le spécialiste s’interroge sur l’absence de l’expression « wali Allah » (ami d’Allah) qui accompagne habituellement le nom propre. « Il s’agit très probablement d’un motif mal recopié », conclut le spécialiste.

Marche arrière ?

Face à ces remises en cause, l’université d’Uppsala a légèrement remanié son communiqué de presse qui annonce la nouvelle. Elle précise que ces annonces sur les textiles sont des « résultats préliminaires » d’une « étude en cours qui sera évaluée par des pairs et publiée à une date ultérieure. » Un ajout qui ressemble à une discrète marche arrière.

Vous souhaitez réagir à cette publication ou vous souhaitez que l’équipe vérifie une information ou une déclaration ? Réagissez dans les commentaires ci-dessous ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.