Pyrénées-Orientales: La mystérieuse fermeture du château de Castelnou, prisé par les chasseurs de fantômes

PATRIMOINE Le château de Castelnou n’est plus accessible « pour une durée indéterminée ». Les amateurs de paranormal et de chasse au trésor dégainent des pétitions…

Nicolas Bonzom

— 

Le château de Castelnou.
Le château de Castelnou. — Google Maps
  • Le château de Castelnou est situé dans les Pyrénées-Orientales.
  • Des visites guidées et des dégustations de vins y étaient proposées, mais aussi des chasses aux âmes errantes, organisées par une association du département.
  • Le site a fermé soudainement ses portes, la semaine dernière.

Depuis quelques jours, les chasseurs de fantômes des Aspres, une petite région aride des Pyrénées-Orientales, sont désemparés : vendredi, le château de Castelnou, fief de leurs expéditions paranormales, qui a encore cartonné cet été avec ses nombreuses visites guidées et dégustations de vins, a fermé soudainement ses lourdes portes.

Dans un message laconique sur son site, la société qui gère l’ex-demeure seigneuriale du Xe siècle évoque une fermeture « pour travaux, pour une durée indéterminée ». Les amoureux du surnaturel peuvent mettre au placard leurs détecteurs électromagnétiques et autres caméras infrarouges, leur terrain de jeu favori n’est plus accessible…

#chateau #castelnou #france #ninalovesdoors

A post shared by Nina (@miirka_nina) on

« Nous avons réussi à rentrer en contact avec des gens qui sont passés par ici »

« Je n’ai aucune information supplémentaire à vous donner », indique-t-on à 20 Minutes, au château. Les amoureux de Castelnou resteront donc dans le doute. Quand rouvrira le château ? Pourquoi cette fermeture soudaine ? A quelques jours d’Halloween, où une « soirée frissons » autour des « mémoires d’outre-tombe » était prévue, les membres de l’association ERP 66, pour Enquête Recherche Paranormal, sont effondrés.

Ce quatuor de passionnés, qui sillonne de drôles de lieux pour mener des investigations façon Ghostbusters, ne peut pas imaginer que le château puisse fermer. « Ce château, c’est avant tout une histoire riche, qu’on ne veut pas perdre, note Delphine Jacquemier, qui organise des recherches et des conférences autour des phénomènes paranormaux. Avec nos différents appareils, dans le château, nous avons réussi à rentrer en contact avec des gens qui sont passés par ici, ou encore une dame, qui a été enterrée là… »

Des spectres et des esprits

Photos à l’appui, les membres de l’EPR assurent avoir croisé à Castelnou le chemin de spectres… « De spectres ? » « Oui, oui, de spectres », reprend Delphine Jacquemier, qui évoque des tas « d’esprits » dans cette ancienne forteresse médiévale. L’association a même un Facebook, où sont entreposées toutes ses découvertes. On y croit complètement, un peu… Ou pas du tout. Mais ce qui est sûr, c’est que le château a acquis au fil des années un imaginaire à faire pâlir le « clown » de Stephen King, à coups, dit-on, d’éclairages qui implosent ou de silhouettes dans des miroirs…

 

Autres déçus de la fermeture du château : les chasseurs de trésors. Trésors 66, amoureuse elle aussi de Castelnou, souhaite sa réouverture. « La fermeture de ce site, symboliquement, c’est quelque chose de très fort pour cette région », regrette Jacques Calmon, qui a créé la petite entreprise Trésors 66 pour organiser des Cluedo géants, des chasses au trésor et des recherches historico-ludiques pour adultes. « C’est un lieu emblématique, avec un paysage incroyable et un village très touristique », reprend-il. Si la fermeture s’avère n’être que ponctuelle, pour des travaux, Jacques Calmon le comprendrait. Mais il a quelques doutes. Il veut savoir ce qu’il va advenir du château…

« Un problème de sécurité »

Des pétitions ont été lancées par ces deux structures : celle d’EPR 66 a rassemblé 124 soutiens en trois jours, celle de Trésors 66 une trentaine. A la mairie de Castelnou, à qui le château n’appartient pas, on indique qu’on en saura un peu plus « à la fin de la semaine ». « C’est un problème de sécurité », confie Jean Chérez, maire de cette commune d’environ 330 habitants, qui fait partie des plus beaux villages de France.

« Pour mettre aux normes, il faut qu’ils étudient tout cela », reprend l’élu, qui assure que sa petite ville et le château, « ne font qu’un, sont liés ». En attendant une hypothétique réouverture, les fantômes auront peut-être droit à un peu de répit à Castelnou.