VIDEO. La « Nambie»: Quand Trump invente un pays à l'ONU

FAKE NEWS Durant une session devant l’Assemblée générale de l’ONU, Donald Trump a tenu a féliciter la Nambie, pays qui n’existe pas….

Marie Lombard

— 

Donald Trump a inventé un nom de pays à l'ONU
Donald Trump a inventé un nom de pays à l'ONU — Evan Vucci/AP/SIPA

Le Trump du jour. Entre les tweets anti-médias et les parties de golf, Donald Trump trouve tout de même le temps de se rendre à l’ONU. Mais, même quand il se trouve en présence d’un public d’hommes politiques internationaux, le président des Etats-Unis ne peut s’empêcher de flirter avec les « alternative facts ». Ainsi, durant son discours devant l’assemblée générale des Nations Unies, Donald Trump s’est dit « honoré » d’être en présence des chefs d’Etats de Côte d’Ivoire, d’Ethiopie, du Ghana, de Guinée, et de Nambie.

Le problème ? La « Nambie » n’existe pas. Ce n’est pas une ville, ce n’est pas une région et encore moins un pays. Sans doute la langue du chef d’Etat a-t-elle fourché au moment de prononcer le mot « Namibie », pays d’Afrique australe, diront les plus optimistes. Mais tel n’est pas le cas, car Donald Trump a par la suite tenu à féliciter la « Nambie » pour son « système de santé de plus en plus autonome ».

Pour l’amour des alternatives facts

La bourde n’a pas manqué d’être relevée par les médias et les réseaux sociaux, tant et si bien que le service de communication présidentiel a dû, comme de coutume, voler au secours de son chef d’Etat. Ainsi, a clarifié la Maison-Blanche, Donald Trump entendait bien parler de la Namibie, pays qui a su enrayer la progression du virus Ebola sur son territoire, alors que la maladie ravageait l’Afrique de l’Ouest il y a deux ans.

Les « fake news », désignés par la présidence sous l’appellation « faits alternatifs » (« alternative facts »), sont monnaie courante à la Maison-Blanche. Ainsi, le 22 mars dernier, Donald Trump se targuait d’être le président le plus vu en couverture de journaux, record cependant détenu par Richard Nixon. Le 1er juin, le président pointait la Chine et l’Inde comme les « plus gros pollueurs mondiaux », allégation fausse puisque si la Chine et les Etats-Unis se disputent le titre en valeur absolue, ce sont les Etats-Unis qui dominent le podium en matière de pollution en émissions de CO2. Enfin, il est également faux de dire que plus d'« un million d’emplois » ont été créés entre l’investiture du nouveau président, en janvier, et le mois de juin. Mais, après tout, que sont 400.000 emplois de plus ou de moins ?