Etats-Unis: Le conservateur Ted Cruz «like» une vidéo porno, vous avez dit «ironie»?

IRONIE Le compte Twitter du sénateur texan Ted Cruz, connu pour ses prises de position conservatrices, a « liké » une vidéo porno. Les internautes se fendent la poire…

Marie Lombard

— 

Le compte Twitter de Ted Cruz a «liké» une vidéo porno
Le compte Twitter de Ted Cruz a «liké» une vidéo porno — Andrew Harnik/AP/SIPA

Les internautes ne parlent plus que de ça. Ce mardi, le compte Twitter de Ted Cruz, sénateur texan et candidat désavoué à la primaire républicaine, a « aimé » un post tendancieux. Il s’agissait d’une vidéo à caractère pornographique de plus de deux minutes, publiée sur la plateforme @SexuallPosts. Supprimé 1h30 plus tard, son « like » a cependant été vu par de nombreux internautes, qui se sont fait une joie de capturer l’image et de la propager un peu partout sur les réseaux.

« Moi attendant l’inévitable déclaration de Ted Cruz déclarant que son Twitter a été hacké »

« Le Ted Cruz que les médias ne veulent pas que vous voyiez le 11 septembre »

Devant l’ampleur de la polémique, la conseillère en communication du sénateur, Catherine Frazier, s’est fendue d’un commentaire : « Le tweet offensant publié plus tôt sur le compte @tedcruz a été supprimé par son équipe et signalé à Twitter ». Mais si rien n’indique que Ted Cruz ait lui-même « aimé » cette vidéo, cette « bourde » contribue à décrédibiliser sérieusement le politicien chrétien et conservateur, fervent défenseur des valeurs traditionnelle. Procureur général du Texas de 2003 à 2008, Ted Cruz a ainsimilité pour l’approbation d’une loi interdisant la vente de sex-toys, et par-delà la stimulation des parties génitales, finalement amendée en 2008 par la Cour Suprême, au nom du droit à la vie privée.

Dans le cadre de cette affaire, une équipe d’avocats supervisée par Ted Cruz avait rédigé un texte de 76 pages, déclarant notamment qu'« il n’existe pas de droit substantiel à la stimulation des parties génitales pour des raisons non médicales et sans lien avec la procréation ou en dehors d’une relation interpersonnelle. » Les avocats considéraient que l’Etat du Texas avait le droit légitime de légiférer afin « de décourager la curiosité lubrique envers la gratification sexuelle ». Ted Cruz serait-il « Ted le menteur » (lyin' Ted), comme Donald Trump aimait à le surnommer pendant la campagne ?