Selon une étude sociologique, notre prénom détermine la forme de notre visage

SOCIOLOGIE Des chercheurs Israéliens affirment que notre prénom détermine la forme de notre visage, car il est lié à des stéréotypes physiques…

Marie Lombard

— 

Des scientifiques ont découvert que le prénom pouvait déterminer la forme du visage
Des scientifiques ont découvert que le prénom pouvait déterminer la forme du visage — Marie Lombard/20 Minutes

Auriez-vous été différent si vous vous étiez appelé autrement ? C’est la thèse que soutiennent des sociologues de l’Université hébraïque de Jérusalem, qui ont démontré que le nom donné à la naissance par les parents à un bébé agit sur le physique ce dernier.

L’étude se base sur l’effet Dorian Gray, du nom du personnage principal du Roman d’Oscar Wilde The Picture of Dorian Gray. Ce phénomène relève de l’influence des facteurs internes, tels que la perception de soi et la personnalité, sur le physique (facteurs externes).

>> A lire aussi : Stéréotypes: Dès six ans, les petites filles se croient moins «brillantes» que les garçons

Selon le docteur Yones Zwebner, directeur des recherches à l’Université hébraïque, la logique de l’effet Dorian Gray peut-être inversée. « Des recherches antérieures ont établi qu’il existe des stéréotypes culturels liés au prénom », écrit-il dans le Journal de la personnalité et de la psychologie sociale. « Par exemple, les gens ont tendance à attribuer un visage plus rond à ceux s’appelant Bob qu’à ceux s’appelant Tim ». Selon son étude, « ces stéréotypes peuvent également avoir un effet sur l’apparence du visage des gens ». Ainsi, un garçon nommé Bob cherchera inconsciemment à coller aux stéréotypes et à adopter un visage plus rond.

>> A lire aussi : Stéréotypes en entreprise: «Un recrutement peut se jouer sur des détails»

L’apparence physique : construction sociale déterminée (entre autres) par le prénom

Les chercheurs ont mené huit études parallèles en demandant à des cobayes de déterminer le prénom d’un inconnu rien qu’en lui montrant une photo de ce dernier. Résultat : le pourcentage de réussite dans les prénoms attribués par les cobayes aux inconnus est meilleur que ne devrait l’être un choix fait au hasard. Autrement dit, les stéréotypes guident les choix des cobayes. Ainsi : Les parents nomment leurs enfants comme ils l’entendent, en grandissant, l’enfant adapte son visage aux stéréotypes qui s’attachent à son prénom (ex Les Bob auront le visage rond et les Véroniques auront des lunettes) et, ce faisant, rend son prénom plus facile à deviner par des inconnus. La boucle est bouclée.

>> A lire aussi : Les robots « perpétuent déjà les stéréotypes de genre »

Notre apparence serait donc une construction sociale dans laquelle le prénom (et les attentes qui l’accompagnent) a une place importante car il est le premier marqueur social. Difficile cependant d’adhérer totalement à cette étude car elle ne prend pas en compte les agents déterminants génétiques. Ainsi, avant d’être Bob au visage rond, on ressemble surtout à nos parents.