Les chaussettes roses de Michel Sapin ne font pas l'unanimité sur Twitter

FASHION Interviewé par « Le Figaro », Michel Sapin a ressorti ses chaussettes de couleur vive. Entre moqueries et indignation, certains internautes s'amusent…

Marie Lombard

— 

Les chaussettes roses de Michel Sapin font parler le web
Les chaussettes roses de Michel Sapin font parler le web — Michel Euler/AP/SIPA
  • Michel Sapin a posé sur les quais de Seine pour un article du «Figaro».
  • Le cliché n'est pas du goût de tout le monde sur Twitter.

La chaussette est de sortie ! Interviewé par le Figaro, l’ancien ministre de l’Economie et des Finances s’est épanché sur sa nouvelle vie post-ministère. Après « cinq ans de bonheur politique » comme il les décrit lui-même, Michel Sapin ne paraît pas fâché de retrouver sa vie d’avant, « une vie normale ». L’ex-ministre a donc réemménagé dans son appartement du VIIe, et profite de sa retraite politique pour s’adonner à sa passion des lampes et aux grilles de mots croisés.

Mais si les confidences de Michel Sapin ont intéressé les lecteurs, ce sont les chaussettes roses portées par le ministre sur la photo du reportage du Figaro qui ont fait bondir les internautes sur leur clavier. En toute décontraction, l’homme politique assis sur le bord des quais de Seine expose ainsi fièrement sa paire de Gammarelli  roses, pièce phare de sa tenue. Il n’en fallait pas plus pour que les fashionistas et trolls d’Internet s’esclaffent. « Qu’en pense Cristina Cordula ? », lit-on ainsi sur Twitter.

Mais entre les reprises hilarantes et les commentaires blagueurs, certains dénoncent l’attitude d’un ministre qui par son sourire, semble « se moquer d ['eux] » et du bilan qu’il a laissé. « Il est aussi crédible que quand il justifiait les mauvais chiffres du chômage ou l’accroissement de la dette ! » note l’un, tandis que d’autres l’accusent d’être un « faiseur de dossiers à charge pour flinguer la droite ». Bref, l’apparente insouciance de Michel Sapin sur la photo passe mal.

L’ancien ministre, âgé de 65 ans, ne partira pourtant pas tout suite à la retraite. Il prévoit en effet de retourner au Conseil d’Etat, institution à laquelle il est revenu entre chacun de ses mandats.