Fraude: Il grimpe le Kilimandjaro et gagne deux triathlons alors qu’il touche une pension d’invalidité

CHAMPION L’ancien militaire s’était blessé au dos lors d’une mission en Afghanistan…

20 Minutes avec agence
— 
Une vue du Mont Kilimandjaro, depuis le parc national d'Amboseli au Kenya, le 18 avril 2004
Une vue du Mont Kilimandjaro, depuis le parc national d'Amboseli au Kenya, le 18 avril 2004 — GERARD VANDENBERGHE AFP

C’est une histoire des plus burlesques. Un Britannique de 33 ans a été reconnu coupable de fraude pour avoir touché une pension d’invalidité considérable alors qu’il réalisait des exploits sportifs.

Le prévenu, Mark LLoyd, a perçu plus de 7.300 euros, soit 6.500 livres sterling, entre octobre 2014 et février 2016, au titre de sa pension d’invalidité. Dans le même temps, il a gravi le Kilimandjaro et gagné deux triathlons, selon le Telegraph.

Un parachutiste blessé en Afghanistan

Blessé au dos pendant une mission en Afghanistan, l’ancien parachutiste de l’armée avait été relevé de ses fonctions en 2011. Son état s’était soi-disant dégradé.

Il expliquait ainsi ne pas pouvoir marcher plus de 50 mètres en raison de la « douleur atroce » occasionnée par une hernie discale et avait demandé en conséquence que lui soit versée une pension pour couvrir ses frais médicaux.

Il avait même demandé une augmentation de son allocation un an plus tard, expliquant que sa condition physique s’était dégradée.

>> A lire aussi : Bretagne: Pour redresser ses comptes, la Sécu traque la fraude aux arrêts de travail

« Il avait besoin d’une canne »

« Il a indiqué qu’il avait besoin d’une canne et que, les mauvais jours, il ne pouvait pas se plier et toucher ses genoux », a rapporté Chris Evans, le procureur du tribunal de Merthyr Tydfil au pays de Galles.

« Il a déclaré qu’il ne pouvait marcher qu’entre 20 et 50 mètres, sur un sol égal seulement, qu’il souffrait quand il marchait sur de longues distances et devait s’asseoir toutes les vingt minutes. »

Difficile à croire lorsqu’il s’agit de courir un triathlon ou monter au sommet du Kilimandjaro en Tanzanie.

>> A lire aussi : Un Canadien amputé des deux jambes réussit l'ascension du Kilimandjaro

« Récupérer jusqu’au dernier centime »

L’avocat du prévenu a expliqué que son client ne « voulait pas être traité différemment ». Il souhaitait « concourir au même niveau que tout le monde » ce qui lui avait valu d’être « cloué au lit » après ses exploits.

La plaidoirie n’a pas convaincu le tribunal qui a reconnu Marl Lloyd coupable estimant qu’il avait « menti sciemment sur la gravité de son état » pour « récupérer jusqu’au dernier centime ». La peine n’a pas encore été déterminée.