A cause des fortes chaleurs, les oisillons y laissent des plumes

CANICULE Les bébés oiseaux n'aiment pas du tout quand le mercure monte...

G. N.
— 
Un oisillon appelle ses parents, près de Dijon.
Un oisillon appelle ses parents, près de Dijon. — KONRAD K./SIPA

On savait déjà que les fortes chaleurs de juin et début juillet avaient un effet non négligeable sur les ventes de ventilateurs et de glaces à l’eau. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elles ont des conséquences néfastes sur les oisillons qui peuplent nos campagnes, comme le révèle Ouest-France.

« Ils se laissent tomber des nids pour ne pas mourir de chaud »

Au centre de sauvegarde de la faune sauvage de la Dame blanche, à Saint-Julien-de-Mailloc (Calvados), on constate ainsi un afflux d’ oiseaux juvéniles, la plupart mal en point.

« A cause des fortes températures, ils se laissent tomber des nids pour ne pas mourir de chaud », explique Gérard Bertran, le président de l’association, au quotidien régional. Sauf que les oisillons ne savent pas encore voler et sont donc condamnés à une mort certaine si on ne leur vient pas en aide.

Des busards Saint-Martin moissonés-battus

« Certaines journées de canicule, on peut nous en amener une vingtaine au centre, poursuit Gérard Bertran. De jeunes goélands tombés sur un balcon car les toits en zinc sur lesquels ils nichent sont brûlants, des petits que les parents ont perdus en tentant de les déplacer… »

>> A lire aussi : Un jeune goéland placé en cellule de dégrisement au commissariat d'Ajaccio

Malheureusement, les oisillons ne souffrent pas que du coup de chaud au domicile. « Cette année, les agriculteurs moissonnent plus tôt leurs blés qui sont déjà montés. Mais les busards Saint-Martin qui nichent dans ces champs n’ont pas encore quitté le nid… », déplore l’associatif. Vraiment, sale temps pour les oiseaux.