VIDEO. Trump affiche de fausses couvertures de «Time» dans ses clubs de golf

CULTE DE LA PERSONNALITE Le « Washington Post » a révélé mardi que certaines des Unes de « Time » affichées dans les clubs de golf du président américain étaient photoshoppées et n’avaient jamais existé…

Marie Lombard

— 

Des Unes du Time photoshoppées font l'éloge de Trump dans ses club de golf
Des Unes du Time photoshoppées font l'éloge de Trump dans ses club de golf — Jeff Blackler/Shutterst/SIPA

Si vous n’avez pas la cote, inventez là ! Le Washington Post a mis le doigt sur un autre des « petits secrets » de Donald Trump. Mais il ne s’agit pas cette fois de liens troubles avec le Kremlin ou d’ impôts non-payés.

« Je suis apparu en couverture de Time Magazine deux fois dans ma vie, avant de m’y retrouver six fois dans les derniers mois » se targuait Donald Trump, alors candidat à la Maison blanche, en juillet 2016. Content du coup de pub offert à sa campagne par le Time, il avait fièrement encadré et exposé les unes du magazine sur lesquelles il apparaissait dans les 17 clubs de golf dont il est propriétaire.

Des unes trafiquées

Seulement voilà, l’une des couvertures exhibées dans au moins cinq clubs de golf du président des Etats-Unis et datée du 1er mars 2009 « n’est pas authentique », selon un porte-parole de Time interrogé par le Washington Post. On y voit une photo de Donald Trump, l’air sévère et les bras croisés sur la poitrine, accompagnée des légendes « du succès partout, même à la télévision » et « The Apprentice [l’émission de Donald Trump] fait un tabac ! ».

>> A lire aussi : Il s'en prend aux canards et relance le débat sur les dépenses de Donald Trump

Une publicité parfaite à la gloire du président, si ce n’est que le Washington Post a relevé quelques irrégularités. Tout d’abord, il n’existe aucun numéro du magazine qui soit sorti le dimanche 1er mars 2009, car le Time paraît depuis toujours le lundi (en l’occurrence le 2 mars 2009). De surcroît, les journalistes ont remis la main sur le numéro paru cette semaine-là et la couverture présentait une photo de Kate Winslet, sacrée « meilleure actrice ». D’ailleurs, Donald Trump n’a pas fait une seule fois la couverture de Time en 2009.

La fausse une ne respecte pas non plus la police et le style habituellement utilisés par le magazine. On retrouve par exemple des points d’exclamation, ponctuation dont le président est friand et le Time pas du tout. Pour finir, la marge rouge qui encadre l’image de première de couverture est plus fine que sur les numéros normaux. Bref, tout laisse à penser que l’équipe du président comprend des spécialistes de Photoshop.

Le Time demande le retrait des fausses unes

Peut-être Donald Trump souhaitait-il plaisanter ? Après tout, qui n’a jamais fabriqué de fausses Unes ou de faux diplômes pour l’anniversaire, le mariage ou la crémaillère d’un copain ? Il y a cependant une différence entre accrocher dans son salon une couverture dédiée à l’enterrement de vie de garçon de Lucien et afficher des fausses Unes dans des établissements de golf à travers le pays.

>> A lire aussi : Etats-Unis: La passion de Trump pour le golf aurait déjà coûté 20 millions de dollars aux Américains

Coïncidence ou pas, c’est ce mercredi que Donald Trump a choisi pour épingler Jeff Bezos, le patron d' Amazon qui a racheté le Washington Post en 2013. Dans un tweet furieux, il accuse ainsi #AmazonWashingtonPost de ne pas payer ses taxes Internet, comme il l’avait fait en 2015, soupçonnant alors Jeff Bezos d’avoir racheter le Washington Post en déroute pour faire baisser ses taxes. Il rebondit également sur l’enquête du journal au sujet de la fausse couverture de Time, la qualifiant de « fake news », un qualificatif qu’il a pris l’habitude d’utiliser contre tout média qui ne supporterait pas ses idées.

Quoi qu’il en soit, ce geste n’a pas plu au Time qui demande instamment au président de retirer la une falsifiée de ses clubs de golf.

L’initiative ne tombera pas aux oubliettes cependant car les créations de Trump en ont déjà inspiré quelques-uns, tel que l’élu démocrate de Virginie Gerry Connolly qui a élaboré une une à sa gloire avec la mention : « Connolly gagne tellement qu’il est fatigué de gagner », pléonasme tout à fait Trumpien.