République Tchèque: Une jeune scout défie un militant d'extrême-droite, la photo devient virale

MONDE Lucie Myslíková, 16 ans, adepte de la tolérance et de la paix, a parlé nationalisme et égalité avec un participant à un rassemblement d'extrême-droite...

20 minutes avec agence
Prise lors d’un rassemblement d’extrême-droite à Brno (République Tchèque) le 1er mai 2017, une photo montrant une jeune scout faire calmement face à un militant néo-nazi qui semble la prendre à partie est devenue virale.
Prise lors d’un rassemblement d’extrême-droite à Brno (République Tchèque) le 1er mai 2017, une photo montrant une jeune scout faire calmement face à un militant néo-nazi qui semble la prendre à partie est devenue virale. — Vladimír Čičmanec

Prise lors d’un rassemblement d’extrême-droite à Brno (République Tchèque) ce lundi, une photo montrant une jeune scout faire calmement face à un militant néo-nazi qui semble la prendre à partie est devenue virale.

Et l’adolescente de 16 ans, Lucie Myslíková, est devenue le symbole de la lutte contre les extrémistes après que le cliché du photographe Vladimír Čičmanec a été abondamment relayé sur les réseaux sociaux.


« Créons un monde meilleur »

Les autorités de Brno avaient pourtant interdit toute contre-manifestation en réponse au défilé des militants d’extrême-droite, qui avait été officiellement autorisé par la ville, raconte le Huffington Post.

Mais les scouts en avaient décidé autrement et souhaitaient défendre « les valeurs de diversité, de paix et de tolérance » avec comme slogan « Créons un monde meilleur ! », comme l’indique la page Facebook de l’organisation mondiale du mouvement scout.

« Nous élèverons vos enfants »

« Nous élèverons vos enfants », pouvait-on également lire sur la banderole portée par Lucie Myslíková. « Je n’ai pas entendu précisément le contenu de leurs échanges mais ils parlaient du concept de nation, des Etats-nations, de l’immigration, des réfugiés », a expliqué l’auteur du cliché à CNN.

Et d’ajouter : « Elle essayait de lui expliquer que le nationalisme n’avait aucun sens parce que nous sommes tous des hommes et nous ne devrions pas être traités différemment en raison de distinctions arbitraires. »