Le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle s'est inscrit sur Tinder pour sauver son espèce

ANIMAUX Un rhinocéros blanc du Nord vient d'être inscrit sur Tinder  par la réserve kenyanne OI Pejeta Conservancy. Il s'agit de récolter des fonds pour sauver l'espèce...

Marie Lombard

— 

Le rhinocéros Sudan avec ses gardes au Kenya
Le rhinocéros Sudan avec ses gardes au Kenya — CB2/ZOB/WENN.COM/SIPA

La corne, c’est tendance. Agé de 42 ans, 1.82 mètre pour 2.3 tonnes, le candidat parfait pour une histoire romantique vient de s’inscrire sur Tinder. Dans une campagne lancée le 25 avril, le site de rencontre s’est associé à la réserve kenyanne OI Pejeta Conservancy afin d’aider Sudan, le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, à trouver une conjointe.

Dernier espoir de conserver l’espèce, l’animal vit dans la réserve avec deux femelles. Menacé par les braconniers friands de cornes de rhinocéros, Sudan est également accompagné ou qu’il aille par des gardes armés. Malgré de nombreuses tentatives, Sudan s’est montré incapable de féconder les femelles à cause de son âge et d’une quantité moindre de spermatozoïdes. L’espoir de le voir devenir papa est en fait si mince que la réserve, associée à Tinder, a publié un profil qui peut-être vu par n’importe qui swipant à droite.

>> A lire aussi : Amnéville: Timbo, un nouveau rhinocéros blanc né au zoo

« Il n’y en a pas un autre comme moi. » dit l’annonce « Sérieusement, je suis le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle sur la planète Terre. Je ne veux pas être trop direct, mais le destin de mon espèce dépend littéralement de moi. Je gère bien la pression. J’aime manger de l’herbe et chiller dans la boue. Pas de problèmes. » Bien entendu, l’annonce n’est pas réellement destinée à trouver quelqu’un de prêt à s’accoupler avec le mammifère mais plutôt à lever 9 millions de dollars pour financer une fécondation in vitro de femelles rhino. A chaque swipe, l’utilisateur est ainsi encouragé à faire un don.

>> A lire aussi : Kenya: Sudan, le dernier rhinocéros blanc, sous garde rapprochée

Des fécondations in vitro pour les rhinos

« Nous sommes une plateforme qui crée chaque jour des millions de connexions significatives. Alerter les gens de l’importance d’aider Sudan semblait être une cause que nous pouvions soutenir en ayant beaucoup d’impact », a déclaré un porte-parole de Tinder à Mashable. « On a entendu beaucoup d’histoires sur les bébés Tinder, mais ce serait le premier match permettant de sauver une espèce. »

>> A lire aussi : Les cornes de rhinocéros, un trésor convoité par les trafiquants

Les scientifiques envisagent actuellement une fécondation in vitro des deux femelles blanches du Nord mais également de femelles blanches du Sud, espèce qui compte plus de 17.000 individus. Si les chances de fécondation sont bien évidemment plus élevées avec les femelles du Sud étant donné le nombre d’animaux, les chercheurs espèrent tout de même ramener la population des rhinocéros blancs du Nord à 10 en 5 ans.

Réintroduire les rhinocéros en Afrique centrale

La lenteur de la reproduction de l’espèce, dont la période de gestation prend 16 à 19 mois, ainsi que le braconnage intensif pratiqué enAfrique sont les causes de la diminution du nombre de rhinocéros blanc du nord. Chaque année, des centaines de rhinos sont ainsi tués pour leurs cornes qui sont ensuite vendues illégalement et utilisées par la médecine traditionnelle chinoise. « Sauver ces rhinocéros est critique si nous voulons, un jour, les réintroduire en Afrique centrale », a affirmé Richard Vigne, PDG d’OI Pejeta Conservancy, interrogé par Mashable. « Ils ont en eux des caractéristiques génétiques uniques leur permettant de survivre dans cette région du monde. En fin de compte, le but est de réintroduire une population viable de rhinocéros blancs du Nord à l’état sauvage. »