Les initiatives les plus foireuses de la Journée internationale des droits des femmes

SOCIETE N’est pas féministe qui veut. « 20 Minutes » vous propose un récap des initiatives les plus improbables recensées dans l’Hexagone à l’occasion de la Journée des droits des femmes…

Marie Lombard
— 
Manifestantes pour les droits des femmes à Toulouse ce mercredi
Manifestantes pour les droits des femmes à Toulouse ce mercredi — REMY GABALDA / AFP

« Le féminisme, c’est la liberté », a déclaré récemment Emma Watson interrogée à propos de la couverture de Vanity Fair sur laquelle elle pose seins nus. Et, manifestement, certaines marques et organisations ont pris des libertés dans l’interprétation du sens de la Journée des droits des femmes. Des initiatives étonnantes, voire calamiteuses, ont ainsi vu le jour en France en cette journée censée célébrer la liberté d’action des femmes et l’égalité entre les sexes. 20 Minutes a concocté un petit Top 5 des actions les plus ratées…

Un atelier pour fabriquer des produits ménagés

« Rien de tel qu’une femme pour faire le ménage », affirmait l’an dernier la présidente du conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse. Le pire, c’est que certains l’ont prise au mot. A l’occasion de la Semaine de la femme, organisée du 6 au 10 mars par la mairie de Montélimar, un atelier avait pour but d’apprendre à ces dames à fabriquer leurs propres produits ménagers. « Ce sont des ateliers qui ont du sens », s’est défendue Françoise Capmal, adjointe aux affaires sociales de la ville interrogée par Le Dauphiné. Sens ou pas, l’initiative a été critiquée lors du conseil municipal qui l’a trouvée sexiste.

Un match gratuit pour les femmes habillées en rose

De son côté, l’association «Osez le féminisme ! » a également mis en lumière un certain nombre d'« arnaques sexistes » destinées à fêter les femmes ce mercredi. Parmi les initiatives ciblées par l’association, celle d’un club de basket-ball normand proposant des places gratuites pour un match « à toute femme vêtue de rose », arrive en bonne place. Et encore, l’idée de base était d’offrir le ticket à chaque femme accompagnée d’un homme… Zéro sur toute la ligne.

Un atelier beauté et relaxation dans le 7e arrondissement de Paris

Dans la série des ateliers « pour les femmes », celui situé dans le très chic 7e arrondissement de Paris remporte la palme. Déjà fustigée pour avoir organisé l’année dernière une journée trop « stéréotypée », la mairie récidive et propose, cette année, à la gent féminine d’aller se faire belle dans un salon de beauté éphémère ou encore de se relaxer dans des ateliers bien-être. On a vu plus progressiste.


Une carte bleue rose

Leur carte bleue ornée de cristaux Swarovski avait déjà fait un flop lors de la Journée des droits des femmes 2012. Mais ce n’est rien à côté de l’indignation qu’a provoquée la carte… rose spécial fille créée par la Caisse d' Epargne cette année. La banque a ainsi jugé que les femmes méritaient un modèle de carte personnalisé, et son choix s’est tout naturellement porté sur le rose.

Du rouge à lèvres pour les hommes qui soutiennent les femmes

Enfin, le collectif «Mettez du rouge » propose cette année encore aux hommes de se prendre en photo avec les lèvres peinturlurées de rouge à lèvres vif. L’objectif, louable, est de « montrer qu’ils se sentent concernés, qu’ils sont aujourd’hui prêts à se lever contre les violences faites aux femmes » argue le site de le l’association. Si la démarche peut paraître louable, elle n’a pas plu à certains sur les réseaux sociaux qui considèrent que construire un rapport à la féminité grâce à du rouge à lèvres est réducteur. Aux antipodes de l’avis de ces internautes, Christine Boutin a également clamé son dégoût « des hommes qui nous [les femmes] copient », réclamant « des hommes, des vrais ». Avis aux amateurs.