La crème glacée : ennemi secret du porte parole de Trump

IMPOPULARITE Outre le débat sur le public présent à l’investiture, le porte-parole de Donald Trump a un autre cheval de bataille : la crème glacée. Et c’est une lutte sans merci…

Marie Lombard

— 

Le nouveau porte-parole de Donald Trump a une dent contre la crème glacée
Le nouveau porte-parole de Donald Trump a une dent contre la crème glacée — Ron Sachs/NEWSCOM/SIPA et Wikipedia Commons

Sean Spicer a décidément toutes les tares. Le mandat présidentiel de Donald Trump a à peine commencé que son porte-parole est déjà la risée du Web. En cause ? Les déclarations visiblement mensongères de Sean Spicer concernant le nombre de personnes venues voir l' investiture du nouveau président à Washington le 20 janvier. Le porte-parole a en effet déclaré que le public venu pour l’événement formait «la plus grande foule jamais vue à une investiture présidentielle. Point Barre.», alors que des photos aériennes montraient nettement les espaces vides durant la cérémonie. Une affirmation qui pourrait être classée parmi les «  vérités alternatives» revendiquées par la conseillère du président Kellyanne Conway.

>> A lire aussi : VIDEO. Le porte-parole de Trump devient un phénomène viral après sa première conférence de presse

Mais ces déclarations ont masqué une autre vérité concernant Sean Spicer. Une vérité qui pourrait bien en faire l’homme le plus détesté des Etats-Unis. En effet, il apparaît au vu de certains tweets que le porte-parole n’aime pas… la crème glacée. Et plus particulièrement la crème glacée de la marque Dippin' Dots. Ainsi Sean Spicer a fait preuve depuis 2010 d’une haine véhémente à l’égard des petites billes glacées :

«Dippin' Dots n’est PAS la crème glacée du futur»

En septembre 2011, il revient à la charge :

«Je pense l’avoir déjà dit mais [les céréales] Dippin' Dots ne sont pas la crème glacée du futur»

Et, en novembre 2001, le nouveau porte-parole va jusqu’à se réjouir de la banque route de l’entreprise Dippin’Dots, attribuant malicieusement aux glaces le nom de «crème glacée du passé» :

Enfin, en septembre 2015, Sean Spicer à fait un ultime come-back sur le sujet, jugeant que «Si Dippin’Dots était vraiment la crème glacée du futur, [l’entreprise] n’aurait jamais été à court de vanille» :

On s’attendrait presque à le voir tweeter « Make ice-cream great again». Mais pourquoi cette haine si violente du nouveau porte-parole présidentiel contre cette crème glacée ? Si l’intéressé ne s’est pas encore prononcé sur le sujet, il sera peut-être amené à le faire prochainement car l’entreprise Dippin’Dots, prenant le parti d’en rire, a répondu au tweet de Sean Spicer.

>> A lire aussi : Le porte-parole de Trump promet «de ne jamais mentir»

Dans une lettre ouverte, le fabricant de billes glacées déclare ainsi «comprendre que la crème glacée est un problème sérieux», et que «la pénurie de [son] parfum favori peut ressembler à une urgence nationale». Faisant le parallèle avec le slogan de Donald Trump «America First», le chef exécutif de l’entreprise affirme ensuite que cette dernière «créé de l’emploi et des opportunités» pour les Américains, ce qui est dans l’agenda présidentiel. Enfin, la lettre se termine sur une invitation cordiale à une «rencontre [autour d’une] crème glacée», assurant au porte-parole qu’il y aura «beaucoup de [ses] parfums favoris». En tout cas, après ces révélations, Sean Spicer risque d’avoir encore plus de mal à briser la glace avec le public américain.