VIDEO. Impatients, égocentriques et superficiels... Voici le portrait des «Millenials» en une minute trente

EN PLEIN DANS LE MILLE La vidéo mise en ligne sur la page Facebook de MTV Australia a été visionnée plus de 3,6 millions de fois...

20 Minutes avec agence

— 

Les jeunes sont particulièrement concernés par l'addiction au téléphone portable.
Les jeunes sont particulièrement concernés par l'addiction au téléphone portable. — OUZET/SIPA

Dans un portrait aussi bref que terrible, le consultant en management britannique Simon Sinek estime que les « millenials », membres de la génération née après 1994, ont une sérieuse tendance à développer des relations superficielles mais aussi à manquer de patience et de confiance en soi tout en étant égocentriques.

Le bilan sans appel du conférencier, dressé dans une intervention télévisée d’une minute trente, a particulièrement marqué les esprits.

>> A lire aussi : Le monde de l'entreprise vu par la génération Z

Omniprésence des réseaux sociaux et instantané

En moins de trois jours, la vidéo mise en ligne sur la page Facebook de MTV Australia a en effet été visionnée plus de 3,6 millions de fois. Simon Sinek y explique que c’est entre autres à leurs parents que les individus de la « génération Z » doivent leur approche particulière de la vie. En effet, ayant entendu pendant toute leur enfance qu’ils étaient exceptionnels, ils se retrouvent ensuite confrontés aux réalités de la vie et en tirent une mauvaise image d’eux-mêmes.

L’omniprésence des réseaux sociaux dans la vie des « millenials » a également fait croire à ces derniers que tout était instantané. Conséquence directe : les jeunes concernés ont beaucoup de mal à accepter d’attendre que leurs situations personnelles ou professionnelles deviennent sources de satisfaction et se découragent rapidement, explique le spécialiste dans la vidéo repérée par Konbini.

Une utilisation addictive des ordinateurs et smartphones

Et justement, en cas de coup de moins bien, c’est vers le monde numérique que se tournent les « millenials » pour trouver du réconfort. En effet, comme l’explique Simon Sinek, un retour positif sur les réseaux sociaux ou les messageries libère dans l’organisme de la dopamine, substance qui intervient également en cas de consommation d’alcool ou de tabac et qui aboutit donc à une utilisation addictive des ordinateurs et smartphones, autre caractéristique notable de cette génération.

>> A lire aussi : Pourquoi ce besoin irrépressible de consulter son smartphone, même en pleine conversation?

Le conseil du spécialiste en management à ces jeunes aux existences décidément compliquées ? Arrêter d’attendre des gratifications immédiates et prendre le temps de construire des relations profondes et des carrières satisfaisantes.