Il a parcouru 16.000 kilomètres pour photographier un manchot en hommage à sa fille

LA SEQUENCE EMOTION Un Britannique parti aux Îles Sandwich pour photographier un manchot en hommage à sa fille s’était trompé d’espèce et a dû aller en Antarctique pour photographier les bons manchots…

Marie Lombard

— 

Un père a effectué un voyage aux Iles Sandwich et un en Antarctique pour photographier un manchot en hommage à sa fille
Un père a effectué un voyage aux Iles Sandwich et un en Antarctique pour photographier un manchot en hommage à sa fille — Zaruba Ondrej/AP/SIPA

C’est ce qui s’appelle être opiniâtre. Roger Clark, un Britannique de 71 ans, a parcouru des milliers de kilomètres jusqu’enGéorgie du sud-et-les Iles Sandwich pour photographier un manchot empereur en hommage à sa fille. Lisa Clark avait 40 ans lorsqu’elle est décédée d’un cancer des ovaires en 2012.

Sur son lit d’hôpital, elle avait regretté de ne pas avoir fait certains voyages et son père lui avait juré de les faire pour elle, selon le Telegraph qui a interviewé Roger Clark. Ses parents ont donc décidé en 2013 d’effectuer un « pèlerinage » aux Iles Sandwich afin de photographier un manchot empereur tel que celui qui figurait sur une carte postale que Lisa leur avait envoyée lors d’un voyage en Australie. Ce voyage leur a coûté les 23.000 euros que leur fille leur avait laissé en héritage.

>> A lire aussi : VIDEO. Un bébé manchot nommé Bowie en hommage au chanteur

Une fois le manchot trouvé, Roger Clark a pu repartir chez lui, au Royaume-Uni. Mais en comparant le manchot photographié à celui sur la carte postale, il s’est soudain rendu compte que ce n’était pas le même. En effet, l’oiseau photographié par ses soins était un manchot royal, et pas empereur…

Il est reparti en Antarctique pour trouver les manchots empereur

>> A lire aussi : Les manchots et leur vie sexuelle «dépravée»

Un autre aurait probablement abandonné, se contentant de l’adage « c’est l’intention qui compte ». Mais Roger Clark, en novembre dernier, est reparti pour un voyage de 16.000 kilomètres vers l’Antarctique afin de photographier la bonne espèce de manchot. « C’est devenu un engagement personnel pour moi de repartir et de photographier des manchots Empereurs pour honorer l’héritage de Lisa et trouver » le même manchot « que celui sur la carte postale », raconte-t-il ainsi à The Sun. Ce voyage-ci lui a coûté 47.000 euros.

>> A lire aussi : Afrique du Sud: Des étudiants kidnappent un manchot dans un parc aquatique et le relâchent dans l’océan

Il confie avoir été « submergé d’émotion » quand il a (enfin) réussi à trouver les bons manchots en Antarctique. « En faisant cela, je sens que j’ai payé mon tribut à la mémoire de Lisa, affirme-t-il, et je veux raconter son histoire pour que sa dernière requête ne soit pas oubliée ». Avant de quitter la banquise, il y a écrit un message pour sa fille : « Lisa, merci pour ce voyage. »