Les beaux yeux d'un serveur pakistanais suscitent la folie (et le débat) sur les réseaux sociaux

WEB La photo d'un serveur de thé pakistanais aux beaux yeux bleus a été largemment relayée cette semaine sur Twitter, déclenchant au passage des débats sur le sexisme et les inégalités au Pakistan...

Marie Lombard
— 
La photo du beau serveur aux yeux bleus Arshad Khan a fait le buzz sur les réseaux sociaux
La photo du beau serveur aux yeux bleus Arshad Khan a fait le buzz sur les réseaux sociaux — FAROOQ NAEEM / AFP

Arshad Khan, un serveur de thé pakistanais travaillant dans une échoppe d’Islamabad, a eu la surprise cette semaine de découvrir sa photo partagée sur Twitter par des dizaines de milliers d’internautes. Publiée le 14 octobre, la photo initiale avait été prise en douce il y a quelques mois par une internaute anonyme subjuguée par les yeux bleus du serveur. N’ayant pas de téléphone et ne sachant pas lire, le jeune homme de 18 ans ne s’était pas aperçu de son nouveau statut de coqueluche du Web. Selon le Huffington Post, ce sont ses amis qui lui ont appris que sa photo se répandait comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Sa vie a basculé très vite et Arshad a atterri sur le plateau de la chaîne pakistanaise 92 news, où les animateurs lui ont demandé de retracer son parcours. Mal à l’aise, il s’est avoué « très surpris ». « J’ai passé toute ma vie dans la pauvreté, maintenant avec la grâce d’Allah, j’ai l’opportunité d’aller de l’avant », a toutefois raconté le jeune homme qui souhaite devenir acteur au Pakistan.

Considéré comme une solution au conflit entre Inde et Pakistan

En dehors du plateau de télévision, l’émotion autour de la photo d’Ashrad Khan s’est renforcée. Ainsi, dans un contexte de relations très tendues entre Pakistan et Inde au sujet de la religion notamment, des indiennes ont appelé sur les réseaux à ne pas bombarder le Pakistan, pays dans lequel habite un si beau serveur de thé. Les commentaires venant d’Inde et louant la grande beauté du jeune homme aux yeux bleus ont été si nombreux que certains, tels que l’associé principal pour l’Asie du Sud et du Sud-Est au Woodrow Wilson Center Michael Kugelman, n’ont pas hésité à conclure que les relations entre Inde et Pakistan s’en trouvaient apaisées.

Le complexe de "l’homme-objet"

A l’inverse, certains ont vu dans la photo du jeune homme une trace de « sexisme inversé », tel que qualifiée par L’Obs. En effet, le fait d’avoir photographié le jeune homme uniquement en raison de ses caractéristiques physiques en a fait réagir plus d’un qui ont pointé la transformation du serveur en homme-objet. Ainsi, la journaliste Maria Amir a considéré que le « sexisme inversé est toujours une forme de sexisme », sur le site du plus grand média anglophone pakistanais, Dawn. Et l’auteur féministe Bina Shah de renchérir pour l’AFP : « si on est plus habitué à ce que cela arrive à des femmes, cela reste dérangeant quand cela arrive à un garçon ». Ainsi, si le garçon semble faire l’unanimité chez les indiennes, les auteurs mettent en garde contre la réification du serveur par les réseaux sociaux.

Le serveur relance le débat autour des inégalités de classes au Pakistan

Par ailleurs la photo de Ashrad, qui décidément soulève les passions, a revigoré le débat au sujet des « inégalités « entre couches de population pauvres et élites riches au Pakistan. Selon L’Obs, le serveur de thé a en effet été moqué par certains membres de l’élite pour son élocution maladroite et son évident malaise lors de son passage sur la chaîne 92 news, ce qui n’a pas manqué d’être relevé par les internautes membres de classes « inférieures » qui craignent également que Ashrad deviennent une sorte de « bête curieuse » pour la classe bourgeoise pakistanaise.