Trump incite ses partisans à aller aux urnes… 20 jours après la date du vote

ETATS-UNIS Donald Trump a, lors d'un meeting en Floride mardi, appelé ses partisans floridiens à voter 20 jours après la date officielle du scrutin présidentiel...

Marie Lombard
— 
Doanld Trump a invité ses électeurs à voter le mauvais jour
Doanld Trump a invité ses électeurs à voter le mauvais jour — Wilkes-Barre

Depuis le début de sa campagne, Donald Trump a une manière bien personnelle de galvaniser les foules et de les inciter à voter pour lui. Cependant, inviter ses partisans à se rendre aux urnes après la date officielle du vote semble être un coup d’épée dans l’eau plus qu’une nouvelle stratégie de com. Mardi, lors d’un meeting à Panama City en Floride, le candidat républicain a encouragé les Floridiens à aller voter le 28 novembre, alors que la date du scrutin présidentiel aux Etats-Unis est fixée au 8 novembre.

>> A lire aussi : VIDEO. Débat présidentiel: Donald Trump et le jeu du «c’est pas moi, c’est elle»

Une date prévue par la constitution

Cette date est par ailleurs sous-entendue par la constitution américaine, dont l’article 2 prévoit que le jour de l’élection sera le mardi suivant le premier lundi de novembre. Donc, un scrutin le 28 novembre est exclu. Pourtant, cela n’a pas empêché Trump d’insister : « Nous n’avons jamais été dans une situation pareille. Alors allez vous enregistrer, faites en sorte d’aller voter le 28 novembre ! »

>> A lire aussi : VIDEO. Débat présidentiel: Donald Trump n'est pas sorti KO (il a même mis Hillary Clinton en difficulté)

Hillary donnée gagnante en Floride

Sans doute le candidat est-il inquiet à l’idée de perdre la Floride, un Etat décisif dont le nombre d’électeurs fait régulièrement la différence entre un gagnant et un perdant. Cet enjeu,Hillary Clinton l’a bien compris. Selon Politico, elle a ainsi déclaré ce mardi que « si [elle] gagnait la Floride, il n’y aurait aucune chance que [son] opposant gagne. Et Donald Trump a de bonnes raisons de s’en faire, un sondage de Reuters et Ipsos le déclare en effet distancé de 4 % en Floride par Hillary Clinton, qui remporte pour l’instant l’Etat avec 45 % d’intentions de vote. Reste que convoquer ses électeurs à la mauvaise date de scrutin n’arrangera pas sa situation déjà chaotique.