Poils ou pinte? Quand les Français délaissent leurs amis pour leurs animaux

ANIMAUX Une étude publiée ce vendredi par Opinionway révèle que les Français préfèrent traîner avec leur animal de compagnie qu’avec leurs amis

Marie Lombard

— 

51 % des français préfèrent leur animal à leurs amis
51 % des français préfèrent leur animal à leurs amis — Lindsey Bauman/AP/SIPA

Voilà une étude qui révèle une vérité un poil perturbante sur la société française. Dans un sondage* réalisé en septembre dernier et publié ce vendredi par OpinionWay, les Français révèlent un penchant « ami des bêtes » un peu trop prononcé. En effet, sur les 1.048 personnes interrogées, 51 % révèlent qu’ils préfèrent passer du temps avec leur animal domestique plutôt qu’avec leurs amis. Dans un pays comptant 63 millions d’animaux de compagnie, ça fait beaucoup d’amis délaissés et assis seuls au bar.

>> A lire aussi : Elle est persuadée d'être un chat coincée dans un corps d'humain

Un danger pour le couple

Les personnes en couple pourraient ne pas se sentir concernées, l’heureux élu partageant leur vie étant leur conjoint et non pas leur ami(e). Qu’elles se détrompent ! Avec 25 % des interrogés avouant passer plus de temps avec leur animal que leur conjoint, il est probable que le chihuahua offert à Noël prendra bientôt votre place sur le canapé.

>> A lire aussi : Un chien conduit un camion et sème le chaos

La famille d’abord

Toutefois, 64 % des sondés consacrent plus de temps à leur famille qu’à leur animal. Les déjeuners du dimanche en famille ont donc encore de beaux jours devant eux. Que la vieille tante Monique ne s’attende toutefois pas à des conversations passionnées autour de la table, car il apparaît 97 % des Français préfèrent parler à leur animal de compagnie. Il y a en effet peu de chance pour qu’une discussion avec votre chat agora parvienne à vous mettre de mauvais poil

*Intitulée « La complicité des Français avec leurs chiens et leurs chats », cette étude a été réalisée en septembre 2016 auprès d’un échantillon de 1048 possesseurs de chiens et/ou chats, tiré d’un échantillon de 2221 personnes âgées de 18 ans et plus représentatif, selon la méthode des quotas.