Une chasse aux clowns démoniaques hystérise l’université Penn State

Clowns démoniaques Quelques 500 étudiants de Pennsylvanie ont effectué ce lundi 3 octobre une battue nocturne après avoir été prévenus que des clowns rôdaient dans les rues…

Marie Lombard

— 

Grippe-Sou le clown du film «Il est revenu», adapté du roman «Ça» de Stephen King. (Illustration)
Grippe-Sou le clown du film «Il est revenu», adapté du roman «Ça» de Stephen King. (Illustration) — IGOR RYABOV/CATERS NEWS AGENCY/SIPA

Entre dormir ou chasser le clown entre amis, les étudiants pennsylvaniens ont vite choisi. Tout a commencé par un message Facebook posté lundi soir, avertissant que des individus déguisés en clowns effrayants avaient été repérés rôdant dans les rues près du campus universitaire de Penn State. A l’appui de cette affirmation, ni photo, ni vidéo. Mais de vaillants étudiants sont tout de même descendus dans la rue, armés de battes de baseball et de crosses de hockey (entre autres).

>> A lire aussi : Des clowns étranges sèment la terreur dans une ville de Caroline du Sud

500 étudiants armés dans les rues

Au départ formé d’une douzaine d’individus, le groupe des chasseurs s’est vite enrichi de recrues alertées par le bruit, jusqu’à former un long défilé nocturne composé de centaines de personnes marchant au rythme de slogans guerriers tels que « fuck that clown » ou encore « get out the clowns ! ».

Tous unis contre les clowns

Cette chasse au clown, dont l’hystérie n’avait rien à envier à celle d’une chasse aux sorcières moyenâgeuse, s’est prolongée tard dans la nuit, fournissant à certains une curieuse occasion de revendiquer une certaine cohésion entre étudiants et de prôner la tolérance à l’université. « Peu importent vos origines, votre couleur, votre religion, votre credo. Peu importe pour qui vous votez, nous sommes tous d’accord sur une chose : faire la peau à ce clown ! », entend-on ainsi sur une vidéo amateur prise par un étudiant. C’est bien connu, avoir un ennemi commun, ça rapproche.

Confrontée à cette mêlée hurlante, la police de l’Etat a eu tôt fait de révéler qu’aucun signalement de clown n’avait été enregistré et que le seul clown en ville était en fait une image projetée contre un mur de l’université.

Les étudiants, pourtant armés jusqu’aux dents, n’ont fait aucune victime et « aucun dommage matériel, blessure ou violence » n’est à déplorer, selon les propos du sergent de police Mike Nelson, interviewé par Centre Daily Times peu après les faits.

>> A lire aussi : Faut-il craindre une invasion de clowns pour Halloween?

Une multiplication des attaques de clowns aux Etats-Unis

La Pennsylvanie n’est pas le premier Etat à connaître un mouvement de foule hystérique à cause de clowns démoniaques. L’Alabama, le New Jersey, l’Ohio et même New York ont également recensé ces dernières années un certain nombre de signalisations provenant de passants paniqués ayant – pour de vrai dans la plupart des cas – rencontré au détour d’une rue des individus maquillés et cauchemardesques. Les étudiants pennsylvaniens sont quant à eux rentrés chez eux bredouilles mais le message est passé : les clowns ne sont pas les bienvenus sur le campus.