Poster une photo de sa carte d’embarquement sur le Web est une très mauvaise idée

RESEAUX SOCIAUX De nombreuses informations sont contenues dans les codes-barres, démontre un employé d'un site d’optimisation des programmes de fidélité des compagnies aériennes…

A.Ch.

— 

Carte d'embarquement, illustration
Carte d'embarquement, illustration — SIPA

Les voyageurs enthousiastes qui postent des photos de leurs cartes d’embarquement sur les réseaux sociaux devraient y réfléchir à deux fois. Steve Hui, qui travaille pour un site d’optimisation des programmes de fidélité des compagnies aériennes, a enquêté sur les nombreuses informations qu’une carte d’embarquement contient : votre nom, votre destination, mais aussi des détails sur votre réservation qui permettent à une personne mal intentionnée de la modifier, voire de l’annuler.

Les codes-barres savent tout

En prenant pour exemple une photo postée par un passager de la compagnie Virgin Australia, qui se rendait de Sydney à New York, Steve Hui a démontré qu’avec seulement le nom de la personne qui a réservé le billet et le numéro de réservation, on peut faire beaucoup de choses. A commencer par les détails du voyage, escales et numéros de siège inclus, le numéro de la carte de fidélité et les références du billet. Il a également eu accès aux détails du paiement et aux quatre derniers chiffres de la carte bancaire qui avait été utilisée. Rien de plus facile alors que de faire des modifications sur la réservation.

Le code-barres qui figure sur la carte d’embarquement présente encore plus d’intérêt. Il peut être lu par de nombreux ordinateurs et contient absolument toutes les informations sur le passager et le voyage : identité, numéro de vol, trajet, référence de réservation, numéro du billet, carte de fidélité… Si vous avez beaucoup voyagé et que votre programme de fidélité est à bloc, ce pourrait être une occasion en or pour des pirates de s’accaparer vos points, avertit Steve Hui, qui recommande à ceux qui veulent absolument partager leur joie de prendre l’avion de bien masquer toutes les informations sensibles que la carte d’embarquement contient.