Victime de harcèlement à l'école, une ado se fait escorter par des motards

BELGIQUE Les motards font partie d'un groupe engagé contre la maltraitance des enfants...

H.S.

— 

Manifestation de motards le 10 octobre 2015 à Lyon en France
Manifestation de motards le 10 octobre 2015 à Lyon en France — Jean-Philippe Ksiazek AFP

Comment lutter contre le harcèlement scolaire ? En Belgique, les motards membres du groupe « Templars Against Child Abuse » (Taca), soit « Les templiers contre la maltraitance des enfants », ont trouvé une solution bien à eux. L’anecdote, publiée par le quotidien belge Gazet van Antwerpen, remonte au vendredi 2 septembre.

>> A lire aussi : VIDEO. Ce motard est le roi de l’esquive

En ce jour de rentrée à l’institut Saint-Joseph de Kontich, à 15 kilomètres d’Anvers, l’une des élèves, âgée de 16 ans, est arrivée devant les grilles de l’établissement accompagnée de motards. Idem à la sortie des cours, l’adolescente a pu repartir avec une escorte quelque peu intimidante. La mère de la jeune fille, qui témoigne sur le site du Gazet Van Antwerpen a expliqué que sa fille subissait le harcèlement de certains de ses camarades depuis quatre ans.

>> A lire aussi : Harcèlement scolaire: «Je n'ai pas pu déceler ce que subissait mon enfant»

Un effet réussi

Contacté par le Huffington Post, le directeur de l’école a tenu à nuancer : « Nous sommes réellement engagés sur cette thématique, à tel point que nous avons fait participer l’an passé nos 1500 élèves à la semaine contre le harcèlement. À chaque rentrée scolaire, nous distribuons des brochures contre cette pratique, que parents et enfants doivent nous retourner signées. On prodigue aussi des cours d’utilisation de Facebook pour éviter le harcèlement sur Internet ».

Quant aux autorités locales, l’initiative n’a pas fait l’unanimité : « C’est une démarche noble mais de telles questions doivent être résolues différemment », précise Dirk Fonteyne de la police locale Hekla au quotidien belge. L’arrivée des motards aurait provoqué l’effet escompté, la mère de l’adolescente a expliqué que depuis la rentrée, la jeune fille se rendait chaque jour à l’école « avec un grand sourire ».