Facebook annule sa censure de la photo de la fillette brûlée au napalm

RESEAU SOCIAL Face à la polémique, Facebook a annoncé être revenu sur sa décision de censurer des internautes norvégiens, dont la Première ministre...

A.-L.B.

— 

Capture d'écran du site http://www.aftenposten.no/
Capture d'écran du site http://www.aftenposten.no/ — http://www.aftenposten.no/

Facebook a rétabli samedi la publication de la Première ministre norvégienne Erna Solberg utilisant la célèbre photo d'une enfant vietnamienne nue brûlée au napalm, qui était destinée à protester contre la censure frappant ce cliché.

L’histoire débute par la publication, par plusieurs internautes, de la célèbre photo de Nick Ut Cong Huynh de 1972. Facebook a supprimé ces derniers jours le cliché et a suspendu les comptes de plusieurs commentateurs norvégiens. Selon le réseau social, cette photo viole ses règles sur la nudité. Le géant américain a d’ailleurs ordonné au plus grand quotidien norvégien Aftenposten de retirer lui-même la photo, avant de la supprimer de la page du quotidien.

Lettre ouverte à Mark Zuckerberg

Riposte du journal : vendredi, le journal reproduit en une cette photo avec le logo de Facebook, et publie une lettre ouverte adressée à Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Le rédacteur en chef commence cette missive par « Cher Mark ». Et Espen Egil Hansen d’expliquer : « Je t’écris cette lettre pour t’informer que je ne me conformerai pas à ton obligation de supprimer une photographie documentaire de la guerre du Vietnam faite par Nick Ut. Pas aujourd’hui, ni demain. »

« Je suis préoccupé par le fait que le média le plus important au monde limite la liberté au lieu d’essayer de l’étendre et parce que cela se produit d’une façon parfois autoritaire […]. Je pense que tu abuses de ton pouvoir, et je pense qu’il est difficile de croire que tu as vraiment réfléchi », écrit encore ce rédacteur en chef.

« Facebook fait fausse route »

Espen Egil Hansen invite par ailleurs les lecteurs à continuer le débat sur Twitter et Facebook avec le mot-dièse #dearmark. Plusieurs messages et des centaines de commentaires à ce sujet ont été publiés sur le réseau de discussion Reddit.

La polémique ne s’est pas arrêtée, et la Première ministre Erna Solberg a elle aussi posté vendredi sur Facebook la célèbre photo. « J’apprécie le travail de Facebook et d’autres médias pour stopper les images et les contenus montrant des mauvais traitements et de la violence. Il est important que nous contribuions tous à lutter contre la violence et les mauvais traitements à l’encontre des enfants », écrit Erna Solberg sur sa page Facebook.

« Mais Facebook fait fausse route quand il censure de telles photos. Cela contribue à freiner la liberté d’expression » continue-t-elle. Ce commentaire a recueilli ce vendredi matin plus de 6 000 réactions.

Cette mobilisation a été efficace puisque vendredi dans la soirée, Facebook est revenu sur sa décision. « Nous avons décidé de rétablir l’image sur Facebook là où nous sommes au courant qu’elle a été retirée », a indiqué un porte-parole du groupe, disant tenir compte des réactions de sa communauté d’utilisateurs et du « statut d’image emblématique et d’importance historique » du cliché incriminé.