Harcelé par des trolls, le zoo de Cincinnati décide de fermer son compte Twitter

TROLLING Au mois de mai dernier le zoo était obligé d’abattre l’un de ses gorilles, Harambe, pour sauver un enfant tombé dans son enclos, depuis l’animal est devenu le sujet d’un intense trolling sur les réseaux sociaux…

P.F.

— 

Des militant de la cause animale rendent hommage à Harambe le 30 mai 2016 à Cincinnatti.
Des militant de la cause animale rendent hommage à Harambe le 30 mai 2016 à Cincinnatti. — John Minchillo/AP/SIPA

Internet est souvent très versatile mais il peut aussi avoir parfois la rancune tenace. Le zoo de Cincinnati est bien placé pour le savoir. En mai dernier, des soigneurs ont été obligé d’abattre Harambe, l’un des gorilles du zoo, pour sauver la vie d’un enfant de quatre ans tombé dans son enclos. A l’époque, l’incident avait créé la polémique notamment du côté des défenseurs de la cause animale.

>> A lire aussi : VIDEO. Etats-Unis: Un enfant tombe dans l'enclos du gorille, le zoo tue l'animal

Trois mois plus tard, ce triste épisode devrait être presque oublié, et pourtant… Les multiples hommages au défunt gorille qui ont fleuri sur le net après sa mort se sont aujourd’hui transformés en trolling. Les réseaux sociaux regorgent de mèmes à l’image d’Harambe se moquant de ceux qui pleurent sa mort tout en flirtant parfois avec le racisme.

Heroes get remembered. But legends never die 🐵✊

A photo posted by Harambe the gorilla (@harambethegorilla) on

Des pétitions farfelues pour, par exemple,réincarner Harambe en Pokémon, mettre son visage sur les billets de 50 dollars ou encore changer le nom de Cincinnatti en « Harambe City » ont vu le jour sur le site Change.org. Sur Facebook, le gorille a même une page à son nom suivie par plus de 323 000 personnes où il est possible d’acheter des tee-shirts à l’effigie du primate.

Face à cette forme de harcèlement numérique,le zoo de Cincinnatti a demandé aux Américains de cesser les blagues et les mèmes sur Harambe expliquant que le personnel du zoo souffrait de la mort du gorille et que la situation avait assez duré. Peine perdue, Internet n’a pas encore l’air décidé à laisser reposer Harambe en paix. Face à ce harcèlement permanent, le zoo a été contraint de fermer son compte Twitter pour retrouver un peu de tranquillité.