Surprise, l’adresse «rio2016.fr» renvoie vers le site… du Front national

WEB Piratage ou tentative pour faire parler du FN ?...

A.Ch.

— 

L'adresse rio2016.fr redirige vers le site du Front national.
L'adresse rio2016.fr redirige vers le site du Front national. — Capture d'écran

Tapez rio2016.fr dans la barre d’URL de votre navigateur et vous allez avoir une surprise : aucune épreuve des Jeux olympiques ne s’affichera mais vous verrez apparaître la page d’accueil du site du Front national. Cette redirection surprenante a été décelée par une journaliste française à Rio de Janeiro.

Un détournement facile à faire

Contacté ce jeudi par 20 Minutes, le Front national assure ne pas être au courant de ce détournement : « Il est peu probable que le nom de domaine ait été acheté », déclare-t-on au FN. Et il est fort possible que le parti dise vrai, estime Gérôme Billois, expert en cybersécurité au cabinet Wavestone : « Une personne a dû acheter le nom de domaine rio2016.fr, n’importe qui peut le faire, et le rediriger vers un autre site, c’est très simple. Cette adresse menait peut-être vers d’autres pages que celles du FN avant les JO », explique-t-il.

S’il est impossible de connaître les anciennes destinations de l’adresse rio2016.fr, il est en revanche possible de savoir quand le nom de domaine a été acheté : le 27 avril 2008, soit un an et demi avant l’annonce officielle de la ville hôte des JO. Un visionnaire, donc, qui a préféré s’enregistrer sous le nom d’Anonymous auprès de l’hébergeur Gandi, injoignable ce jeudi. Le domaine a ensuite été modifié le 19 avril 2016 et redirigé de façon permanente vers la page d’accueil du site du Front national. « Il peut s’agir d’une stratégie pour décrédibiliser le FN ou au contraire lancer un buzz et faire parler du parti », estime Gérôme Billois.

Redirection de l'adresse rio2016.fr
Redirection de l'adresse rio2016.fr - Capture d'écran

>> A lire aussi : Internet: Le site «FN.fr» renvoie sur celui du Parti socialiste

Les cybercriminels profitent des grands événements

L’expert en cybersécurité n’est pas étonné par ce genre de procédés, qui peuvent être bien plus graves qu’une simple redirection : « A chaque fois qu’il y a un gros événement, comme les Jeux olympiques, les cybercriminels mettent en place diverses stratégies, explique Gérôme Billois. Par exemple, ils peuvent faire des faux sites avec des adresses très proches qui vont infecter l’ordinateur. Imaginez une adresse avec "olympisc" au lieu de "olympics", on ne le voit pas à l’écran. En se connectant, on vous propose de télécharger des vidéos gratuites qui vont installer un virus sur l’ordinateur ou faire des demandes de rançons sur les machines. »

Même si cette redirection est inoffensive, le CIO serait probablement en mesure de porter plainte, rappelle l’expert. « Le CIO n’a pas acheté le nom de domaine mais a certainement déposé la marque "rio2016". A ce titre, il pourrait demander aux forces de l’ordre de retrouver le propriétaire du nom de domaine afin de le récupérer. » Rappelons qu’il n’y a qu’un seul et unique site officiel des Jeux olympiques de Rio : www.rio2016.com/fr.