Geoffroy Didier et ses tests de radicalisation trollés sur Twitter

BRAINSTORMING EDUCATIF La proposition du vice-président de la région Île-de-France a nourri l’imagination des internautes…

O. P.-V.
— 
Geoffroy Didier, candidat officiel à la primaire de la droite le 20 et 27 novembre 2016, le 3 mai 2016.
Geoffroy Didier, candidat officiel à la primaire de la droite le 20 et 27 novembre 2016, le 3 mai 2016. — SIPA

Geoffroy Didier a réussi son coup : sa proposition d’introduire des « tests de radicalisation » dès le collège fait parler. Le vice-président Les Républicains du conseil régional d’Ile-de-France a avancé son idée ce mardi dans un communiqué sur Facebook, et en a parlé au Figaro et à Europe 1.

Il imagine un entretien entre un élève et un psychologue « afin d’évaluer le degré plus ou moins avancé de radicalisation » de l’adolescent, sur le modèle de la proposition de Nicolas Sarkozy en 2005 qui voulait mettre en place la détection de possibles troubles comportementaux chez les enfants de deux à trois ans, pour prévenir la délinquance juvénile.

>> A lire aussi : Le débat sur la détection des troubles chez les 2-3 ans est relancé

« Si le test s’avère positif ou en cas de refus de l’élève, les parents de l’adolescent mineur seraient informés et un suivi psychologique et éducatif devrait être immédiatement mis en œuvre », a détaillé le candidat à la primaire de droite (qui n’a pas encore les parrainages nécessaires) dans son communiqué. Mais les modalités précises de ce test n’ont pas été explicitées par Geoffroy Didier, ce qui a laissé nombre d’internautes frustrés.

Comme avant un grand examen type baccalauréat, plusieurs utilisateurs de Twitter se sont interrogés sur la nature des questions, et comment y répondre pour réussir le test haut la main. Florilège des suggestions faites au membre des Républicains pour composer son questionnaire. Certains énoncés sont clairement pièges.

D’autres ne permettent pas forcément de diagnostiquer une radicalisation, mais peuvent nourrir un faisceau d’indices.

Dans tous les cas, comme pour le bac, il faut réviser, c’est Twitter qui le dit.

Enfin, autre suggestion adressée à Geoffroy Didier, celle d’un test non pas psychologique, mais urinaire.