Le personnage imaginé pour sensibiliser à la question du don d'organes.
Le personnage imaginé pour sensibiliser à la question du don d'organes. — Donate Life

SENSIBILISATION

VIDEO. Le «plus gros enfoiré au monde», une vidéo en faveur du don d’organes

Une campagne d’une association américaine est devenue virale en voulant sensibiliser au don d’organes…

Presque un million de vues pour une vidéo intitulée « le plus gros enfoiré au monde », et sa chute inattendue. On y suit Coleman Sweeney, qui est selon le narrateur du court-métrage détenteur du titre.

Coleman aime : se soulager dans une bouteille pendant qu’il conduit et jeter contenant et contenu par la fenêtre de sa voiture, utiliser les toilettes des femmes dans les lieux publics, klaxonner frénétiquement quand une personne âgée met du temps à traverser, tirer au pistolet à peinture sur les chiens errants, voler des bonbons aux enfants le soir d’Halloween ou leur proposer son cigare quand il n’en veut plus.

21.000 Français en attente de greffe en 2015

En somme, nous précise la voix off, il mérite vraiment son titre de « plus gros enfoiré au monde ». Mais à la moitié de la vidéo, Coleman meurt d’une rupture d’anévrisme dans un restaurant, et la serveuse qu’il était en train d’insulter découvre sa carte de donneur d’organes. L’occasion pour notre protagoniste de passer du statut de « gros enfoiré » à celui de « héros », puisque plusieurs de ces organes seront utilisés ensuite pour sauver un père de famille, une enseignante et une grand-mère.

>> A lire aussi : Journée de réflexion sur le don d'organes: «On peut tous avoir besoin de l’organe d’un autre pour vivre

La vidéo fait partie d’une campagne menée par l’association américaine Donate Life, qui affiche l’image de son personnage détestable en page d’accueil de son site, avec la mention « Faites-vous recenser [sur la liste des donneurs d’organes] pour devenir un héros » et un rappel du fait que 120.000 personnes sont en attente de greffe aux Etats-Unis.

En France en 2015, 21.464 personnes étaient dans cette situation. 5.746 ont pu être opérées, un rapport en hausse de 7 % par rapport à 2014. Il n’existe pas de fichier des donneurs recensés, mais à l’inverse il y a un registre des personnes qui refusent (en l’absence d’indications, le consentement est présumé).