#DiagnoseTrump: Une élue démocrate lance une pétition pour faire passer un examen psy à Donald Trump

ETATS-UNIS Une élue démocrate, Karen Bass, a lancé une pétition sur le site Change.org pour que Donald Trump, le sulfureux candidat républicain à la Maison Blanche, subisse un examen psychiatrique poussé... 

H.S.

— 

Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump
Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump — KENA BETANCUR / HTTP://REF.AFP.COM/SOURCES/1

Donald Trump a-t-il les capacités mentales pour gouverner ? Depuis plusieurs semaines,le débat enfle aux Etats-Unis, à quelques mois de l’élection présidentielle. Mercredi 3 août, l’élue démocrate de Californie Karen Bass a lancé sur le site Change.org, une pétition en ligne pour exiger un examen psychiatrique du candidat républicain et ex-magnat de l’immobilier. A ce jour, le texte a recueilli quelque 22.000 signatures. Selon cette ancienne assistante médicale, Donald Trump présenterait tous les signes d’un trouble narcissique de la personnalité (NPD). Un mot-clé sur Twitter, « #DiagnoseTrump » a même été lancé pour relayer la pétition.

« Donald Trump est dangereux »

Pour Karen Bass, le candidat républicain serait dangereux pour les Etats-Unis : « Son impulsivité et le manque de contrôle de ses émotions sont inquiétants. Cela relève de notre devoir patriotique d’interroger la stabilité mentale du futur commandant en chef et leader du monde libre », justifie la pétitionnaire. Selon elle, les symptômes relatifs à ce trouble comme le sentiment de supériorité, une exagération de ses créations, une envie de succès illimité, un besoin incontrôlé d’être admiré et une propension à exploiter ceux qui l’entourent correspondraient tous à la personnalité de Trump.

>> A lire aussi : Nouveau dérapage de Donald Trump : «Regardez mon Afro-américain par ici, regardez-le»

Une période décidément compliquée pour le milliardaire américain après la publication d’une tribune, vendredi 5 août, dans le New York Times, de l’ancien patron de la CIA, Michael Joseph Morell, dans laquelle il affirme que Trump pourrait « mettre en danger la sécurité nationale ». Pour appuyer leurs inquiétudes, les partisans d’un examen psychiatrique de Trump citent ses multiples sorties et « dérapages » depuis le début de la campagne présidentielle.

Une initiative critiquée

Dans le même temps, la médiatisation de cette pétition a suscité l’indignation de plusieurs associations, familles et patients souffrant de troubles psychiatriques. Et ce pour plusieurs raisons : remettre en question la capacité de Donald Trump à gouverner à cause de troubles de la personnalité et le qualifier de « fou » reviendrait à juger incompétent toutes celles et ceux qui souffrent cette pathologie. De plus, associer un trouble narcissique à de la folie, ce que certains médias américains ont fait, dénature la gravité d'une maladie réelle qui touche des milliers de personnes.

Enfin, plusieurs observateurs refusent catégoriquement cette suspicion de troubles psychiatriques expliquant que cela retirerait toute responsabilité du candidat par rapport à ses propos et prises de position : « Un suprémaciste blanc ne peut-il pas simplement être un suprémaciste blanc sans que ce soit qualifié de maladie ? ».