VIDEO. Ils recréent le jeu Pac-Man avec des organismes vivants

GEEK Postée fin juin, la vidéo des travaux de ces chercheurs norvégiens a déjà été vue plus de 300.000 fois sur YouTube...

20 Minutes avec agence

— 

Fin juin 2016, des chercheurs norvégiens de l'University College of Southern Norway (Nottoden) ont recréé un labyrinthe qui ressemble au jeu Pac-Man et dans lequel ils ont placé des micro-organismes. La vidéo de leurs travaux a déjà été vue plus de 300.000 fois.
Fin juin 2016, des chercheurs norvégiens de l'University College of Southern Norway (Nottoden) ont recréé un labyrinthe qui ressemble au jeu Pac-Man et dans lequel ils ont placé des micro-organismes. La vidéo de leurs travaux a déjà été vue plus de 300.000 fois. — Mikroskopisk Pacman / Microscopic Pacman/YouTube

Recréer le jeu vidéo Pac-Man en « version vivante ». La mission n’avait rien d’impossible pour les chercheurs norvégiens de l’University College of Southern Norway (Nottoden).

Ces scientifiques, un brin nostalgiques et un peu geeks, ont effectivement réussi à reproduire le labyrinthe du célèbre jeu des années 1980, en y glissant des micro-organismes.

Ciliés et des euglènes se la jouent Pac-Man

Dans le rôle de Pac-Man, les universitaires ont choisi des ciliés et des euglènes, deux types d’organismes unicellulaires, résume Sciences et Avenir. Et dans le rôle des « fantômes » qu’il faut absolument fuir, des organismes pluricellulaires : les rotifères.

Les rotifères, ces gloutons

Pour s’approcher au plus près du jeu d’arcade, les scientifiques ont ajouté une musique à leur démonstration postée, fin juin, sur Youtube. Si la vidéo, déjà vue plus de 300.000 fois, semble au premier abord un clin d’œil amusé au monde de Pac-Man, il s’agit pourtant d’une véritable expérience scientifique. Ces travaux qui ont permis aux experts d’étudier les interactions entre les différents organismes placés dans le labyrinthe.

Bilan : les rotifères, soit les « fantômes », se sont adaptés à leur environnement. Si la première journée, ils se sont montrés timides et plutôt lents, les jours suivants, ils sont devenus de plus en plus gloutons et ont cherché leur nourriture dans tous les sens.