Sur Facebook, des internautes créent un album pour recenser les actes racistes après le Brexit

ROYAUME-UNI Sur Twitter et Facebook, les messages d’internautes témoins ou victimes d’actes ou de propos racistes se multiplient depuis l’annonce du Brexit vendredi…

H.S.

— 

Le chef de l'UKIP Nigel Farage, partisan du Brexit, devant le slogan "Nous voulons reprendre notre pays", à Gateshead le 20 juin 2016
Le chef de l'UKIP Nigel Farage, partisan du Brexit, devant le slogan "Nous voulons reprendre notre pays", à Gateshead le 20 juin 2016 — SCOTT HEPPELL AFP

Depuis vendredi, le mot-clé « #PostRefRacism » (« #RacismePost-référendum ») sur Twitter recense les actes et propos xénophobes entendus et vus au Royaume-Uni depuis les résultats, vendredi, du référendum sur le maintien du pays au sein de l' Union Européenne.

>> A lire aussi : Brexit: Pourquoi la pétition aux 3 millions de signatures pose question (et va faire l'objet d'une enquête)

S’il semble difficile de quantifier le phénomène, Sayeeda Warsi, baronne membre de la chambre des Lords, ancienne ministre du gouvernement Cameron et vice-présidente du Parti conservateur a affirmé sur la chaîne Sky News, avoir eu échos de divers incidents à caractère racistes depuis deux jours. Proche des associations de lutte contre la xénophobie au Royaume-Uni, l’ancienne ministre a dénoncé la « mauvaise atmosphère qui règne dans les rues » du pays. Une atmosphère que décrivent plusieurs internautes, notamment sur Twitter et Facebook.

« Parade des forces armées. Jusqu’à la dernière photographie, le truc le plus effrayant restait les scouts qui fermaient la marche »

« Enfoir* d’étranger, rentre chez toi : voilà le scandaleux incident auquel je viens d’assister à #Hackney »

« Ce week-end, ma famille et moi-même avons été témoins à trois reprises de 'Quand allez-vous rentrer chez vous ?' Les incidents racistes ciblent les citoyens européens ici »

« Ce soir, ma fille est partie de son travail à Birmingham et a vu un groupe de garçons hurler à une musulmane 'Dégage, on a voté le Brexit'. Horrible époque ».

« J’ai arrêté de compter d’amis asiatiques sujets à des insultes racistes dans la rue depuis jeudi. Merci le #Brexit ».

« Ces cartes ont été glissées dans les boîtes aux lettres de familles d’origine polonaise à Huntingdon aujourd’hui. J’ai envie de pleurer »

« Ma petite copine vient de m’envoyer cette photo de #Newcastle. Totalement incroyable #BrexitBritain #Brexit #EUref »

Une enquête en cours

Selon le Huffington Post, la police de Hammersmith, un quartier du « grand Londres », enquêterai depuis ce dimanche sur des graffitis racistes découverts sur un bâtiment appartenant à l’Association polonaise sociale et culturelle (POSK). Les agents chercheraient également à recueillir des informations à la suite du dépôt de ces cartes plastifiées qualifiant la communauté polonaise de « vermine » au nord-ouest de Cambridge.

Dans la foulée, plusieurs internautes ont pris l’initiative de créer un album intitulé « Worrying signs » (« Signes inquiétants ») et une page dédiée ouverts à tous sur Facebook pour recenser l’ensemble des témoignages publiés depuis les résultats du Brexit dans la nuit de jeudi à vendredi.